Le Bureau politique du  MSR prend acte de son exclusion de la MP

0
135

mSRDans une déclaration politique rendue publique par son porte-parole, hier jeudi 1er octobre à son siège de Kintambo le MSR (Mouvement Social pour le Renouveau) a tenu à éclairer l’opinion tant nationale qu’internationale face à l’actualité nationale de l’heure qui reste encore dominée par la lettre des sept partis politiques de la Majorité présidentielle, adressée à leur Autorité morale Joseph Kabila, en date du 14 septembre 2015.

On rappelle au passage que le MSR avait cosigné ladite lettre avec l’ACO du député Banza Maloba, l’ARC d’Olivier Kamitatu, le MSDD de Christophe Lutundula, le PDC de José Endundo, l’UNADEF de Charles Mwando Nsimba, ainsi que de l’UNAFEC de Gabriel Kyungu wa Kumwanza.

Cette déclaration en six points, résulte de la session extraordinaire du bureau politique du parti élargi aux délégués des 26 fédérations (25 provinces plus la capitale Kinshasa), aux députés et sénateurs, ainsi qu’aux cadres du MSR, tenue du 29 septembre au 1er octobre 2015.

Au premier point, le parti de Pierre Lumbi dit constater l’exclusion dont il a été l’objet de l’ancienne Majorité présidentielle, et prend acte de la rupture ;

Au deuxième point, le MSR se félicite de la cohésion, de la discipline et du sens élevé de responsabilité manifestés par ses cadres et militants face à l’intolérance, aux velléités de débauchage, … ainsi que du soutien massif exprimé par le peuple congolais à son combat visant le strict respect de la Constitution et de l’alternance démocratique ;

Le parti se félicite également de son alliance avec ses partenaires du G7 et s’engage à consolider la plateforme nouvellement créée. Dans cette perspective, indique-t-il, le MSR exhorte les forces politiques et sociales soucieuses de l’émergence d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo à unir leurs efforts autour de cet idéal ;

            Au quatrième point de la déclaration, le MSR déplore l’absence manifeste de volonté politique du pouvoir exécutif dans l’accompagnement du processus électoral. Pour ce, il invite la CENI à s’assumer en publiant rapidement un calendrier réaménagé dans le strict respect des délais constitutionnels.

            Face à la situation, le MSR invite les Congolais à une vigilance tous azimuts contre les tentatives et dérives à même de réduire à néant le sacrifice consenti pour l’émergence de la démocratie en RDC ;

Au sixième point enfin, le MSR remercie la communauté internationale pour sa disponibilité à toujours accompagner le processus électoral national.

Un mariage vole en éclats pour fidélité au parti !

            Après la déclaration politique aux côtés du président du parti, Yves Mobando Yogo, le rapporteur et porte-parole Laurent Simon Ikenge a fait le bilan des révocations et démissions des membres du MSR dans les institutions tant au niveau national qu’en provinces.

            Hormis la révocation de l’autorité morale du parti Pierre Lumbi de son poste de conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité, il y a eu les démissions des rapporteurs de l’Assemblée nationale et du Sénat, en ce qui concerne le Parlement. La vague a continué au niveau du gouvernement avec tous les ministres MSR, tout comme au secrétariat général de la M.P où son représentant qui assumait les fonctions de secrétaire général adjoint a aussi rendu le tablier.

            Le mot d’ordre a été observé au niveau des provinces en guise de solidarité et de soutien à l’autorité morale.

            Mais, le surprise est venue de l’ex-province du Katanga, précisément de la  nouvelle province de Haut Lomami, où Mme Odette Mpitshi Kabanda s’est vue répudiée par son mari pour avoir suivi le mot d’ordre du parti.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •