Laurent Monsengwo : « Kabila avait raison de décorer Papa Wemba »

0
470

Msg MOSENGO CARDINALComme prévu au programme des obsèques de l’artiste musicien Papa Wemba, une messe des suffrages, dite par le Cardinal Laurent Monsengwo, a été célébrée dans l’avant-midi d’hier mercredi 04 mai 2016 dans la Cathédrale Notre Dame du Congo. Dans son mot d’introduction,  le Cardinal Monsengwo a souligné que le Président Kabila avait raison de décorer l’illustre disparu à titre posthume en l’élevant au rang de Grand Officier de l’Ordre national des Héros nationaux Kabila-Lumumba et de consacrer trois jours de deuil à sa mémoire.  Il a fait état des témoignages éloquents de différentes personnalités, de ses compagnons musiciens, mélomanes et des membres de sa famille au titre de mérites et d’hommages à l’illustre disparu provenant de partout dans le monde.

Selon lui, Papa Wemba avait su, à travers ses chansons, consolider l’unité et la singularité nationales. Il réussissait toutes les qualités qu’une personne peut apporter à un pays, à un continent et au monde entier. « Que les œuvres rendues par notre cher disparu nous donnent l’engagement de faire en sorte que la grâce et les talents que Dieu a placés en nous ne soient pas en vain. Mettons-les en pratique et au service de tout le monde, afin que nos hommages aient un sens et une valeur, d’éternité en éternité », a martelé le responsable de
l’église catholique de Kinshasa.

Par ailleurs, il s’est réjoui de constater que la mort de Papa Wemba a uni tout le pays. Il a fait remarquer que les obsèques de cet artiste musicien ont rallumé la flamme de l’unité dans les cœurs des Congolais, même ceux des coins reculés du pays, malgré leurs origines, leurs divergences politiques et leurs rangs sociaux.

Le cardinal Monsengwo a exprimé le vœu de voir les Congolais continuer dans la voie de l’unité afin que le pays reparte sur de nouvelles bases.

Dans ce même ordre d’idées,  Mgr Nicolas Djiomo, président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), a noté que le décès de Papa Wemba est une preuve palpable que la mort peut unir et rassembler les cœurs d’une multitude de personnes. Il a relevé que cet artiste musicien  a réussi à unir toutes les générations et les cœurs des concitoyens vers la vérité. Par sa voix, il a glorifié le nom de Dieu, à emballer la jeunesse, à consoler les cœurs brisés et à inculquer à tous l’amour pour la patrie.

«Papa Wemba fut le maître d’école qui a initié la jeunesse entière à
faire la bonne musique. Ses chants n’ont cessé de véhiculer le message
d’amour et de paix envers son prochain et sa nation. En ses 66 ans
d’existence, l’illustre disparu a déployé son talent artistique reçu
de Dieu et l’a également mis à son service », a-t-il indiqué.
Le président de la CENCO a révélé que le défunt avait apporté une
contribution remarquable à l’occasion du Synode des Evêques sur la
famille à Rome. En effet, celui-ci avait émis plusieurs propositions
et conseils pour consolider la paix en Afrique. Il a su rapporter
fidèlement tout ce qui y était dit et en a fait une large diffusion. «
Le regretté a été un chrétien catholique fervent, car il n’avait ni
honte ni peur de parler de sa foi en Christ.  Désormais, la voix
angélique de Shungu Wembadio Jules  sera mêlée à celle des anges qui
chantent jour et nuit autour du trône de Dieu », a lâché Mgr Nicolas
Djiomo, tout en remerciant Dieu, qui a permis cette circonstance
douloureuse. En conclusion, il a exhorté l’assistance à suivre
l’exemple de Papa Wemba et que son parcours sur cette terre prêche
d’exemple. A Dieu son visage.
Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •