L’année académique 2015-2016 tire à sa fin

0
216

istaC’est le constat que tous les observateurs font au vu de banderoles levées un peu partout au niveau de grands terminus de la capitale ouvrant la période des inscriptions pour les nouveaux candidats qui doivent s’inscrire  dans les différents établissements d’enseignement
supérieur et universitaire  sur toute l’étendue du pays.

A ce sujet,toutes les universités et instituts supérieurs tant de la capitale que
de l’arrière-pays  s’apprêtent à à accueillir pour l’année académique
2016-2017  de nouveaux candidats qui viennent fraichement de décrocher
leurs diplômes d’Etat à  la cinquantième édition de cette épreuve et
qui remplissent les critères requis.
Les parents doivent à présent se préparer et préparer leurs enfants à
affronter le monde universitaire, une inconnue de taille. Cela pour
éviter tout relâchement coupable de leur part du fait de la liberté
qu’offre le monde universitaire. Pour  les universités par contre,
l’arrivée de ces recrues, c’est aussi un défi de taille qu’elles
doivent relever  pour la formation de cadres supérieurs compétitifs
afin de faire face à la crise de cerveaux qui pointe à l’horizon.
L’année académique 2015-2016 devra s’achever le 30 juillet par la
collation  de grades académiques, conformément au vœu du ministre de
l’Esu, qui a fait du respect du calendrier académique depuis sa venue
à ce poste son cheval de bataille, afin d’éviter de retomber dans  les
années  académiques élastiques que le pays a déjà connues  par le
passé.
En effet, après la fin  des examens de la première session un peu
partout, il ne reste à présent que la clôture  et les défenses des
travaux pour que cette année  puisse tirer à sa fin en beauté.
Pour plusieurs observateurs du monde universitaires, le fait le plus
marquant pour  cette année  académique qui s’achève dans
l’enseignement supérieur aura été la nomination à la tête de plusieurs
établissements  de nouveaux mandataires. Ces nominations ont tout de
même  été saluées  afin de renouveler la confiance de parents dans ce
dernier rempart que constitue l’université pour la société et le monde
universitaire.          Néanmoins, ces observateurs souhaitent et encouragent
l’implication de la tutelle auprès du trésor public  afin de
désintéresser  le plus vite possible les anciens mandataires  relevés
de leurs fonctions conformément à l’ordonnance loi n°81-160 du 7
octobre 198, portant statut du personnel de l’Esu pour de bons et
loyaux services rendus à la nation au cours de leurs différents
mandats.                VAN

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •