L’Angola toujours préoccupée par la crise congolaise

0
514
angolaA la veille de la fête nationale de son pays, le 41ème anniversaire de la série, l’Ambassadeur de la République d’Angola en République Démocratique du Congo a animé une conférence de presse dans sa résidence, hier jeudi 10 novembre 2016. Il était question pour Emilio Guerra de présenter son pays aux plans politique, économique et social, mais aussi d’évoquer la réunion de la CIRGL à Luanda.
Au plan politique, le diplomate angolais a indiqué que l’Angola est en pleine préparation des élections générales qui se tiendront en 2017. L’actuel président en fonction, Eduardo Dos Santos, devrait décider s’il serait candidat ou pas à sa propre succession.
Au plan économique, compte tenu de la chute du prix du pétrole, principale ressource du pays, le gouvernement angolais a décidé  d’élargir les domaines d’investissement afin de contourner ses effets pervers. Il a aussitôt précisé que « l’économie n’est pas stagnante. Mais, elle a seulement perdu la vigueur de sa croissance. C’est pourquoi le gouvernement a levé l’option de ne plus se focaliser sur les seules recettes du pétrole pour constituer le budget. L’Angola étant riche, on entrevoit de financer d’autres domaines à même de rapporter des richesses ».
            Concernant le social, l’ambassadeur Emilio Guerra a expliqué que l’Angola a mis en place, depuis quelques années, une politique de construction des logements sociaux. Ainsi, des quartiers entiers subissent une véritable transformation. Des immeubles y poussent tels des champignons. Cette situation est remarquable non seulement à Luanda, la capitale, mais également dans les grandes villes du pays.
 
Dos Santos-Tshisekedi : un rendez-vous à l’étude
Ouvrant la séance des questions et réponses, le diplomate angolais a tenu à rebondir d’abord sur une préoccupation du journal Le Phare, exprimée lors de la visite du vice-ministre aux Affaires étrangères de son pays à Limete, à la résidence d’Etienne Tshisekedi, président du Comité des Sages du Rassemblement. Il a renseigné que l’émissaire de Luanda était porteur d’un message du président Dos Santos.
            C’était en réalité sa réponse à la lettre que le leader de l’Opposition congolaise lui avait adressée quelques jours plus tôt, et dans laquelle il sollicitait une entrevue avec lui à Luanda. Compte tenu de l’agenda fort chargé de Dos Santos, le rendez-vous était matériellement impossible. Le dossier est toujours à l’étude.
S’agissant des expulsions des Congolais d’Angola, il a dit que la décision de renvoyer des personnes non en règle ne concerne pas que les ressortissants de la RDC. Tous les étrangers sans papiers sont frappés et tout se déroule, selon lui, dans des conditions requises.
            Toutefois, il a informé la presse que les 5 policiers reconnus dernièrement coupables de viol sur une femme au Cabinda sont actuellement aux arrêts, et ont été chassés de la police.
            Pour ce qui est de la réunion de Luanda qui a validé l’accord politique du camp Tshatshi, alors que la CENCO continue des consultations avec la classe politique en vue de rapprocher les « frères ennemis ». Emilio Guerra a fait remarquer que la position adoptée à cette occasion engage tous les Etats membres et non l’Angola seule.
            Cependant, a-t-il déclaré, Luanda soutient l’initiative de l’église catholique de la RDC en vue de trouver une issue pacifique à la crise.
Dom   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •