Lancement de la manœuvre médico-militaire « Medlite 11 »

0
125

Fruit de la coopération militaire  entre l’armée de l’air  américaine (Us Air force)  et les Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc), en l’absence de son collègue Mwando Nsimba de la Défense nationale,   Marie-Laure Kavanda, ministre de Transport et voies de communications  a présidé  hier, lundi 25 avril  2011 au Groupement des écoles supérieures militaires, la cérémonie de lancement de  la manœuvre médico-militaire américano-congolaise, dénommée « Medlite 11 » sur l’évacuation sanitaire aérienne (Evasan)  dans la commune de Ngaliema.  En substance, selon le Colonel Gilbert Kabanda Kurhenga, médecin-directeur général du service de santé des Fardc,   cet exercice militaire qui a démarré hier et qui va se clôturer le 4 mai prochain, consiste au renforcement opérationnel de service de santé militaire des Fardc et au partage d’expérience avec l’armée de l’air américaine sur  la maîtrise de la prise en charge correcte des patients  au sol avant embarquement selon les conditions prévisibles du vol mais aussi maitriser la même prise en charge en vol, a-t-il fait savoir.

 Il s’agit, spécifiquement d’après lui  pour le service de santé des Fardc, d’acquérir des connaissances nécessaires pour une prise en charge en tenant  compte  de   l’environnement  lors d’une opération aéroportée  ainsi que  son incidence sur l’organisme humain en vol. Car, le corps humain ne réagit pas de la même manière au sol comme en l’air. In fine, le « Medlite 11 » a pour finalité renforcer les capacités  de l’ Unité médicale d’intervention rapide (UMIR) très performante à l’instar des services médicaux des armées modernes à travers le monde, afin de fonctionner efficacement dans des situations d’extrême urgences.. Et c’est à bord d’un C-130 que cette manœuvre va se  dérouler  à Kinshasa. Pour sa part, le lieutenant-colonel June Oldman, responsable de la manœuvre pour l’armée de l’air américaine, s’est réjoui du sérieux avec lequel  les préparatifs se sont déroulés. Car, a-t-elle reconnu, doter la Rd Congo d’un service de santé performant, c’est permettre à celle-ci de protéger les civils ainsi que l’intégrité territoriale.

Voici  l’allocution du Colonel Gilbert Kabanda

«Au service de Santé, nous considérons l’UMIR comme le fleuron de notre programme de réforme»

– Honorables Député et Sénateur ;
– Excellence Monsieur le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants ;
– Excellences Messieurs les Membres du Gouvernement
Central ;
– Excellence Monsieur l’Ambassadeur des Etats-Unis
D’Amérique;
– Excellences Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de
Mission Diplomatique ;
– Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, Mon Général ;
– Mes Généraux ;
– Messieurs les Attachés de Défense ;
– Distingués Invités,

Gratitude et confiance sont les deux sentiments dominants qui nous animent en cette matinée flamboyante du 25 Avril 2011, matinée qui sonne le gong du dernier round du marathon de préparation au combat de notre Unité Médicale d’intervention Rapide « UMIR », en sigle.
Notre expression de respectueuse gratitude va – à tout Seigneur tout honneur au Comd Suprême de nos Forces Armées. Il a béni et continue à bénir toutes nos initiatives tendant à doter les FARDC d’une Force Médicale d’élite.

Nos remerciements renouvelés s’adressent naturellement à Son Excellence Monsieur le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants. Destinataire immédiat de nos sollicitations quotidiennes, multiples et insistantes, il a résolu avec grand coeur, de donner favorablement écho à notre requête de parachever le programme d’instruction de base de I’UMIR, dont la boucle finale s’appelle a « instruction à l’Evacuation Sanitaire Aérienne », EVASAN en sigle. La réalisation matérielle de cette manoeuvre est le fait de son implication personnelle.
Grand merci au Chef d’Etat-Major Général de nos Forces Armées. Principal évaluateur des forces et des faiblesses des prestations du Service de Santé sur le terrain, ses félicitations appuyées et publiques sur l’action de l’UMIR nous ont réchauffé à maintes reprises le coeur et nous incitent à continuer à faire mieux pour davantage de lauriers sur le champ opérationnel.

Et que dire du partenariat entre l’Armée de I’Air Américaine et les FARDC depuis 8 mois d’intenses planification et préparation qui n’ont laissé aucune place au doute, à l’à-peu-près, ni encore moins à I’impossible. Merci de tout coeur, Lt Col Oldman et à toute l’équipe qui vous a assidûment accompagnée.
Veuillez transmettre à votre Hiérarchie nos sentiments de profonde gratitude pour la compréhension qu’elle a eue de nos principales préoccupations, qui étaient parfois insistantes, et surtout pour les réponses positives qu’elle y a finalement données.
Aux officiers médecins délégués des Armées soeurs de la République du Rwanda et de la République du Congo, nous disons une chaleureuse bienvenue et leurs présentons nos fraternels remerciements pour avoir accepté de venir partager avec nous leurs expériences en matière d’EVASAN.
Enfin, à vous, Honorables, Excellences, Généraux, Distingués invités, venus nous accompagner au lancement de MEDLITE 11, nous disons, respectueusement et de tout cœur grand merci.

Excellence Monsieur le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants ; Distingués invités

Au Service de Santé nous considérons I’UMIR comme le fleuron de notre programme de réforme. Elle est née d’un rêve, celui de voir un jour les FARDC en particulier et la République en général disposer d’un puissant instrument d’intervention médicale rapide dans toutes les circonstances – civiles ou militaires – frappant la nation dans ce qu’elle a de plus cher, à savoir la vie de ses enfants et de ses habitants.
Le 06 décembre 2OO7, le rêve a pris corps dans la naissance de la 1ère  Compagnie Médicale installée à Kinshasa. Depuis lors la croissance de 1UMIR s’est poursuivie avec la 2ème Compagnie à LUBUMBASHI, le 30 juin 2008, la 3ème Compagnie à BUKAVU, le 19 Janvier 2009, la 4ème Compagnie à KANANGA, le 20 Janvier 2010 et très bientôt la 5ème compagnie à KISANGANI, dont le feu vert pour son installation est attendu du Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Jusqu’à ce jour, la formation et l’entraînement reçus par ces 5 Compagnies a concerné majoritairement les opérations médicales terrestres, évacuations sanitaires comprises. Et les rares cas d’opérations médicales aéroportées de patients pris en charge au sol par l’UMIR l’ont souvent été sans implication directe de cette unité dans toute la chaîne managériale de l’EVASAN. L’expérience nous a montré que dans la plupart des cas la prise en charge médicale des cas aéro-évacués a été incorrectement conduite. Dans tous ces cas le plus grand perdant a tout naturellement été le ou les patients.

Au fait qu’est-ce I’EVASAN ? Brièvement définie, I’EVASAN est le transport aérien d’un ou plusieurs malades, préparés à cet effet au sol et convoyés par un personnel de santé. Cela dit, l’EVASAB est à la fois  une science, une technologie et un management. Et sous d’autres cieux, l’Aviation Sanitaire est une réalité vivante dans le système sanitaire national. L’Armée est généralement à la pointe dans ce domaine.
En regardant l’aviation congolaise, civile comme militaire, il apert clairement que la RDC en général et les FARDC en particulier accusent un retard dans la pratique et la maîtrise de la techno-science EVASAN. Nous n’avons donc de cette manoeuvre, l’ambition de créer du jour au lendemain une aviation sanitaire. Ce serait une chimère.

L’objectif technique fixé à l’exercice qui démarre ce jour est de compléter l’instruction de I’UMIR pour lui permettre de confirmer concrètement le qualificatif «RAPIDE» qui est l’un des mots clés de son appellation, de sa mission et de son mode opératoire. En effet, ne peut être rapide qu’une intervention capable d’être projetée dans un temps record sur le terrain où attendent les malades ou les blessés. Mais aussi ne peut être rapide et efficiente qu’une prise en charge médicale qui s’interdit d’escamoter 1h, 2h, 3h, voire 10 à 20h de voyage aérien d’un patient au prétexte qu’on ne s’occupera de lui que dès son arrivée à l’hôpital de destination. La connaissance et la maîtrise de la gestion médicale de l’environnement physico-chimique particulier de la cabine d’aéronef est donc un complément indispensable pour l’opérationnalité optimale de I’UMIR dans le contexte socio-économique actuel de nos Forces Armées, en attendant l’avènement d’unités spécialisées dans I’EVASAN.

MEDLITE 11 connaîtra deux temps forts : le temps de I’instruction et le temps de la démonstration. L’instruction, qui démarrera cet après-midi, prendra 5 jours et comprendra des exposés académiques à l’intention de I’UMIR dans les auditoires du GESM. Des échanges d’expériences scientifiques et techniques en EVASAN regrouperont dans un séminaire d’une matinée les experts américains et une centaine de médecins civils et militaires congolais. L’instruction se poursuivra à la Base Aérienne de N’djili, à bord d’un C-130 américain venu spécialement des Etats-Unis d’Amérique pour la manoeuvre. Ici se déroulera pendant 2 jours l’entraînement de 1UMIR à I’EVASAN au sol. Le deuxième temps fort sera celui de la démonstration de I’EVASAN en vol à bord du même C-13O qui effectuera à cet effet un tour de 2 heures dans l’espace aérien de Kinshasa – Bas-Congo et Bandundu. Ce sera l’occasion pour les participants de voir et de vivre personnellement certains effets du vol qui affectent les patients mais aussi le matériel médical et d’assister à leur gestion par le personnel médical de convoyage.
Prendront part à ce vol des éléments de I’UMIR, des blessés simulés, et des personnalités invitées.

Excellence Monsieur le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants ;
Distingués invités,

La DGSS reste convaincue qu’à l’issue d’un exercice aussi soigneusement planifié et préparé et dans lequel ont été investies des ressources humaines et logistiques qualitativement et quantitativement appréciables, la USAF et les FARDC présenteront à la Nation un produit de qualité dénommé « UMIR, combat ready », je disais « UMIR, prête au combat ».

Je vous remercie

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*