L’analyse des défis de la valorisation et de la transformation des minerais congolais 

0
65

La 5ème édition de l’Alternative Mining Indaba pour la République Démocratique du Congo (AMI 2021) s’est ouverte, hier mercredi 27 octobre 2021 à Pullman, sous le patronage de la ministre des Mines. Cette rencontre d’experts du secteur minier est placée sous le thème : «la valorisation et la transformation des ressources minérales en RDC: portée, défis et perspectives ». Il a été constaté que l’exportation des produits miniers à l’état brut cause un terrible manque à gagner au trésor public. L’Alternative Mining Indaba est un espace public d’échanges qui permet aux experts d’engager des réflexions ouvertes sur ledit secteur, afin d’aider l’Etat congolais à relever les différents défis. Le mot d’ouverture de la ministre de Mine Samba  Kalambavi, était lu par son Secrétaire général.

         Ces assises organisées par SARW, (Southern Africa Resource Watch) prendront 48 heures. Elles ont pour  objectif d’amener les participants à réfléchir sur la situation globale des mécanismes à mettre en place pour la valorisation et la transformation des minerais congolais, afin d’augmenter l’enveloppe de la contribution au trésor public et favoriser les politiques de développement, source d’une émergence globale du pays.

         Dans son allocution d’ouverture, le Secrétaire général aux Mines a, au nom de la ministre de tutelle ouvert les travaux, a salué les efforts consentis par le chef  de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui tient à ce que les ressources naturelles congolaises profitent à l’ensemble de la population.

         Il a rappelé à l’assistance que ce forum est devenu un lieu de rencontre entre les experts de la RDC et ceux d’ailleurs  pour partager leurs expériences. Pour ce faire, il a invité les participants à réfléchir sur la sécurisation des investissements de l’exploitation minière.

         Dans son  allocution spécifique sur le contexte de la tenue de la présente AMI 2021, le directeur exécutif de SARW, le docteur Claude Kabemba, a fait savoir à l’assistance que le thème choisi pour  cette 5ème  édition consiste à mettre  ensemble des idées communes pour voir comment faire pour renoncer à  l’exportation des minerais  à l’état brut, un système qui joue au détriment de l’économie nationale. Pour cette raison, les organisateurs ont décidé de  focaliser  la rencontre de 2021 sur  l’analyse spécifique de la valorisation de ce secteur, qui permettra de lutter contre le chômage et les inégalités sociales.

         Il sied de noter que le vrai défi en ce qui concerne le ‘’chômage’’, c’est le chômage  des jeunes. Selon lui, la création des industries en RDC, surtout dans les  zones des conflits, aidera les autorités du pays à contribuer à l’instauration de la  paix, mais aussi à éradiquer les conflits sur l’ensemble du territoire national.

         Claude Kabemba a martelé que l’industrialisation basée sur les mines nécessite de doter le pays des stratégies cohérentes afin de booster l’économie nationale en créant de l’emploi au travers l’installation des usines et des industries de transformation des minerais sur place.

          Il a terminé son adresse en rappelant à l’assistance que le gouvernement vient d’adopter un plan national d’industrialisation. C’est ainsi qu’il a exhorté les participants à cette édition de l’AMI à réfléchir sur les mécanismes nécessaires du développement, tout en suivant les principes édictés dans de la vision minière africaine. Car, celle-ci regroupe les différents mobiles du développement d’un État à partir de ses ressources minières. Cette expérience a déjà été mise en pratique par  les pays frères à la RDC, à l’instar du Botswana, de Rwanda ainsi que l’Afrique du Sud et ont produit de bons fruits.

         Prenant la parole pour le mot de circonstance de la société civile, Sébastien Muyengo, président de la CERN/ Cenco, a éclaté son intervention en quatre questionnements, afin d’interpeller la conscience de tous les Congolais en général et des participants de l’AMI en particulier. 

         Puisque l’industrie dépend de ce que l’on veut faire des minerais, comment s’y prendre. Comment encourager les investissements dans la transformation ? Que voulons- nous faire de nos minerais ? La création des entreprises locales pour la transformation, comment y parvenir ?

         Ces assises connaissent la participation des experts du Rwanda, de l’Afrique du Sud, etc. Il sied de rappeler que les précdentes éditions de l’alternative Mining Indaba ont été organisées à Kolwezi en 2017 et 2018, à Kinshasa en 2019 et à Lubumbashi en 2021.

Dorcas NSOMUE  MPIA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •