L’Ambassade de Turquie à Kinshasa dévoile les méthodes de recrutement, d’endoctrinement ainsi que la structure financière de FETÖ

0
244

Les écoles sont les principaux lieux de recrutement pour FETÖ. En outre,  les prétendues «Maisons des lumières Célestes» avec 5-6 étudiants chacune, sont utilisées pour recruter et endoctriner la nouvelle génération.

En Turquie les groupes cibles sont les familles pauvres. A l’étranger, principalement en Afrique, les familles influentes sont visées pour ces écoles (Ecole Şafak à Kinshasa et Lubumbashi). Les étudiants qui ont subi un lavage de cerveau dans ces écoles et
dortoirs sont étroitement suivis pendant toute leur vie. Toutes les décisions cruciales concernant leur vie personnelle et professionnelle sont prises par FETÖ.

FETÖ permet l’admission de ces étudiants dans de grandes universités (en réalité par la tricherie dans le système d’examen d’entrée de l’enseignement supérieur et aux tests d’entrée pour les écoles militaires). L’organisation leur garantit un travail dès l’obtention
de diplôme de licence. (En réalité par la tricherie au test d’entrée pour le fonctionnaire public et aux examens spéciaux d’entrée dans les grandes institutions publiques, l’académie de forces armées et même le Ministère turc des Affaires Etrangères).
Ensuite, FETÖ assure leur rapide promotion dans les institutions de
l’Etat. En réalité, c’est par la destruction des possibilités de
carrière des autres fonctionnaires qui ne sont pas affiliés. En
échange, les adeptes feraient don de 10-20 pour cent de leurs salaires
futurs à FETO. Ils agissent aussi sur les ordres de leurs leaders sans
objection.
Les ressources financières du FETÖ proviennent de dons des personnes
par l’exploitation de leur sentiment religieux et de bienfaisance.
L’argent et les biens de l’organisation sont rassemblés comme «himmet»
généralement des subventions, des donations, des contributions, des
offres et de l’aide pour les étudiants, les pauvres et les orphelins.
Les donateurs sont typiquement ignorants sur l’utilisation de ces
fonds. La plupart de ces fonds n’atteignent pas leurs bénéficiaires et
sont utilisés dans les activités illégales pour la subversion de
l’État.
Les frais de scolarité perçus des étudiants qui fréquentent les
institutions éducatives en Turquie et des pays étrangers affiliées à
FETÖ ont aussi été une des sources financières de l’organisation.
L’organisation est également financée par les honoraires régulièrement
collectés auprès des membres et entités affiliés. L’argent collecté
par les administrateurs de Gülen est dès lors utilisé comme le capital
de départ pour la création de sociétés et des entreprises Gülenistes.
Il y a d’autres entreprises financières appartenant à FETÖ et dont
elle assure la gestion, y compris la BANK ASYA. Les entreprises
appartenant ou sympathisantes à FETÖ sont également présentées sous
l’égide de TUSKON (Confédération des hommes d’affaires et industriels
de Turquie).
Il est évalué que les actifs nets des entreprises de FETÖ -en Turquie
s’élèvent au moins à 10 milliards de dollars américains, tandis que le
capital global de FETÖ est estimé à 50-100 milliards de dollars. Cet
argent est géré par l’organisation. Ces sociétés, loin d’être des
acteurs réels et au lieu de jouer comme des acteurs rationnels dans un
marché libre, exécutent les instructions «du frère aîné de
l’organisation», ou «ağbi». (Un ağbi est généralement du niveau
managérial inférieur de l’organisation).
Les entreprises établies avec le capital de départ géré par
l’organisation font aussi des contributions monétaires. Les noms des
propriétaires réels de ces sociétés commerciales; les associations et
les fondations n’apparaissent pas dans les documents légaux.

  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •