L’AD de la Bralima a visité la Fikin le vendredi passé

0
187

bralimaC’est le vendredi 16 août 2013 en début d’après-midi que l’Administrateur Délégué de la Bralima, Alexey Chernyiaev a visité la Fikin.  Il était 14 heures passées de quelques minutes quand le numéro un de la Bralima avec à ses côtés Ben Afrifa, le directeur de marketing et plusieurs autres cadres de l’entreprise précitée,  est arrivé sur les lieux.  Tout ce beau monde est entré immédiatement  au Bikapi Oasis, un bar situé à la Fikin, et qui vend uniquement  des produits de la Bralima.  Bennie Nzembele, la maîtresse  des céans  , visiblement honorée par cette brève visite,   a échangé rapidement  des civilités avec ses  hôtes .

 Prenant congé de Nzembele,  Alexey Chernyiaev, Ben Afrifa….,  se sont dirigés vers les trois stands de la Bralima, plus précisément de la Fondation .   Avant  d’y arriver, ils  ont été gentiment interpellés par des jeunes-gens qui vendent des bibelots à la Fikin ces jours ci  et  qui ne cessaient de dire à leur intention : « Bralima, batika yo Bralima oza numéro un (ndlr, qu’on te laisse tranquille… tu es le numéro un).

En sa qualité de coordonnateur des activités de la Fondation à la Fikin, Sylvain Malanda a accueilli ses « hôtes » et leur a  servi naturellement de  guide

 Chaque stand, ne cessaient de répéter gentiment les charmantes hôtesses de la Bralima à leurs invités , a un caractère particulier.

Au  premier stand, par exemple,  on lit d’un trait l’historique de la Bralima, à commencer par son implantation à Kinshasa en 1923, à l’époque Léopoldville, et son extension progressive vers d’autres coins du pays, ont-elles fait remarquer.

A travers les photos placardées aux murs, on voit même le nombre d’employés pour chaque antenne provinciale de la Bralima.

            Les hôtesses ont  expliqué ensuite  à leurs hôtes la gamme des boissons produites par Bralima. Ou  encore l’implication  de la Fondation Bralima dans les domaines de la santé et de l’éducation , à travers les activités sur  le don de sang, la prévention et la lutte contre le sida, la réhabilitation des écoles… Les « ouailles » de Malanda ont également montré à l’intention des visiteurs les tee shirts, képis, casquettes made in Bralima, et présents dans un des stands.

            Le Projet riz a été l’un des  pôles d’attraction de cette visite.  Au stand érigé pour la circonstance, les « visiteurs » ont suivi des explications sur la finalité de ce projet qui donne l’opportunité  aux brasseurs de l’avenue du Drapeau de recourir à la production locale et de relancer par la même occasion l’économie congolaise. Entre temps, les planteurs congolais trouvent aussi leur compte. Dans ce stand, il y  a même  un échantillon de sacs et sachets de riz à la portée de potentiels acheteurs.

Le programme en sept points  clés et dénommé Brasseur d’un avenir meilleur « BABF »  mis sur pied par la Bralima pour une production plus écologique et plus verte, n’a laissé personne indifférent.

Ce programme, lit-on, s’articule autour de l’énergie, l’eau, l’agriculture, la consommation, l’impact dans la société, la chaîne d’approvisionnement.

            Tout au long de cette visite guidée, le numéro un de la Bralima  et sa suite ont eu droit à un bain de foule de la part des dames et messieurs qui vendent des denrées à la Fikin, lesquels ne voulaient pas les voir quitter les lieux de si tôt.

En raison probablement de son emploi du temps très chargé, le numéro un de la Bralima a quitté à regret ses hôtes quelques minutes plus tard.

Les médias ont ensuite demandé à Sylvain Malanda de leur expliquer la raison principale de la descente de l’AD Alexey Cherniaev sur le terrain.

A l’en croire, le numéro un de la Bralima est venu personnellement se rendre compte du travail réalisé par ses agents et cadres à la Fikin, mais aussi confirmer la présence de la Bralima à la foire. «Il était ravi de la manière dont nous présentons les différentes facettes de la Fondation Bralima».

            «Pour cette édition ,  on a voulu insister davantage   sur ce qui est fait par la Fondation Bralima», a-t-il indiqué.

            Et d’affirmer «qu’en faisant la ronde de nos stands, le public n’en revient pas. Ceci dans la mesure où il se rend compte des interventions de la Fondation  Bralima dans les différents secteurs de la vie.

Comme il fallait joindre l’utile à l’agréable, les agents et cadres… qui sont restés  sur les lieux se sont attablés dans le box réservé à la dégustation se régalant  des boissons et mets préparés à leur intention.

Jean- Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*