L’accès aux vaccins garanti à tous les enfants africains

0
28

Les différents acteurs qui œuvrent dans le secteur de la vaccination au niveau continental prennent part, depuis mercredi 24 avril 2019, aux activités marquant la célébration de la neuvième édition de la « Semaine Africaine de la Vaccination » à Sao Tomé et Principe. Cette conférence, étalée sur deux jours, est organisée par le Bureau régional de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour l’Afrique,   en collaboration avec le département des Affaires Sociales de la Commission de l’Union Africaine, avec comme thème principal : « Protégés ensemble : les vaccins, ça marche ! ».

            En ce qui concerne la semaine de la vaccination, qui s’étend du 22 au 28 avril 2019, elle coïncide avec le lancement, par le gouvernement de Sao Tomé et Principe, de la Carmma (Campagne sur l’Accélération de la Réduction de la Mortalité néo-natale en Afrique).

            Le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique renseigne que face à la crise que connait le monde actuellement, il est urgent que tous les pays fassent en sorte que tous les enfants puissent bénéficier de services de la vaccination partout où ils se retrouvent. On signale que nombre de pays d’Afrique connaissent une situation préoccupante face à la rougeole : le Cameroun, la RDC, le Libéria, la Guinée, Madagascar, le Mali, le Nigéria, le Tchad et l’Ouganda.

            On rappelle que la rougeole figure parmi les maladies contagieuses responsables de 13% de décès qui auraient pu être évités grâce à la vaccination chez les enfants africains de moins de cinq ans.

            La directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, a une fois de plus appelé l’ensemble des partenaires à mieux collaborer pour améliorer l’accès à la vaccination pour que tous les enfants soient protégés. Elle a indiqué que les épidémies de rougeole à Madagascar et d’Ebola en RDC exigent d’investir dans la vaccination, laquelle constitue un rouage essentiel du renforcement des systèmes de soins de santé primaire.

            Mais malgré ces efforts, il est regrettable de constater qu’en Afrique, plus de 30 millions d’enfants de moins de cinq ans contractent encore des maladies qui auraient pu être évitées par la vaccination. Et plus d’un demi-million d’entre eux succombent à la maladie, ce qui représente 56% de l’ensemble des décès causés par des maladies à prévention vaccinale à l’échelle mondiale.

            De son côté, le Président Evaristo do Espirito Santo Carvalho de Sao Tome et Principe a profité de l’opportunité pour rappeler à chacun et à tous – politiciens, parents, acteurs sociaux et praticiens de la santé leur rôle en vue de s’assurer que les enfants ainsi que les communautés obtiennent des services de vaccination adéquate. Il a souhaité que les efforts collectifs suscitent des progrès à l’échelle de la région.

Melba Muzola

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •