L’ACAJ pointe du doigt les confessions religieuses

0
146

L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) dénonce les atermoiements injustifiés des confessions religieuses observés dans le processus de désignation du président de la CENI.

L’ACAJ exprime son regret de constater que “ceux qui prétendent être le phare de la société ne soient pas en mesure de s’accorder sur une question vitale”.

Dans un communiqué de presse daté du 31 juillet 2021, l’ACAJ déplore le manque du consensus entre les confessions religieuses sur la désignation du Président de la CENI. C’est pour cette raison qu’elle invite les églises à accepter la responsabilité d’un “éventuel et inacceptable” glissement du calendrier électoral.

            Cette Ong de défense des droits de l’homme prévient que les scènes que livrent les confessions religieuses risquent d’impacter négativement l’élan de la démocratie en République Démocratique du Congo.

            “Pour l’avenir de la démocratie en RD Congo, L’acaj prévient que les églises, indistinctement, devraient se tenir prêtes à assumer toutes les responsabilités politiques et historiques en cas d’un éventuel et inacceptable glissement du calendrier électoral”, martèle Georges Kapiamba.

            Avec ce manque de consensus, la machine devant lancer le processus électoral 2023 semble loin de fonctionner selon la nouvelle réforme effectuée à l’Assemblée nationale.

                                   Murka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •