La VSV interpelle les députés

0
52

L’Ong VSV (Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme) a fait un constat malheureux sur les vacances parlementaires de nos élus tant nationaux que provinciaux : les élus ne rendent pas compte de leur travail à leurs bases. Ils passent leurs vacances souvent en dehors du pays ou loin de leurs circonscriptions électorales et s’arrangent pour se fabriquer des rapports parlementaires sur base des coups téléphoniques avec leurs proches restés sur terrain. Ils sont ainsi déconnectés des préoccupations de leurs bases. Ces informations ont été portées à la connaissance du public lors de la restitution faite le 29 avril 2010 au siège de cette organisation, du monitoring de la VSV sur l’impact du travail des parlementaires et députés provinciaux de la Rd Congo. Les actions menées par la VSV avaient pour but d’apporter sa contribution à la consolidation de la démocratie dans notre pays et sensibiliser la population congolaise  pour leur participation citoyenne aux échéances électorales prochaines qui sont prévues en 2011.

La VSV a procédé par des tables rondes dans les différentes circonscriptions électorales de la Rdc depuis le mois de juin 2009 en vue de recueillir les avis et considérations de la population et ceux des électeurs. Les participants aux tables rondes provenaient des organisations non gouvernementales, de la Société civile, des partis politiques, des églises, des syndicats. En effet, la Vsv avait pour préoccupation majeure de connaître si les députés provinciaux s’acquittent de leurs devoirs à savoir vivre leurs préoccupations et les défendre devant les instances nationale dont le gouvernement. Le constat, selon la VSV, est amèr : les députés ne s’acquittent pas de leur devoir qui est celui de se rendre régulièrement des comptes à la population qui les ont élus. En ce qui concerne les rapports des vacances parlementaires, les rapports rédigés sont généralement faits sur base des rapports téléphoniques des membres de famille et d’autres proches. Pendant ce temps,  les élus se retrouvent à l’extérieur du pays ou en train de se construire des villa loin de leurs bases.

La VSV a constaté donc que les députés ont pratiqué la démagogie lors des campagnes électorales en faisant des promesses irréalisables à la population. A ce sujet, la question du rôle de la Commission électorale indépendante (CEI) dirigée par l’Abbé Malu Malu a été évoquée. Devant cette question, Floribert Chebeya, président de la VSV, tient à ce que la loi de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) soit votée ; d’où il interpelle les députés à faire son travail avant la réunion du fichier électorale qui est une compétence de la CENI et non de la CEI.

Des conseils ont donnés aux élus nationaux et provinciaux :  passer réellement une bonne partie de leurs vacances parlementaires dans leurs circonscriptions électorales respectives afin que les rapports parlementaires reflètent les désidératas de la population ;  rendre régulièrement comptes à la population en général et à ses électeurs en particulier ; jouer effectivement le rôle de courroie de transmission entre  le gouvernement et la population ; remplir réellement leur mission non seulement de légiférer mais contrôler aussi le gouvernement, les entreprises publiques ainsi que les établissements et les services publics.

Dorcas Nsomue

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*