La VSV dénonce le harcèlement des députés provinciaux

0
71

 

vsvLa Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a dénoncé l’instrumentalisation des députés provinciaux, car elle fragilise la démocratie et la vraie cohésion nationale voulue à travers le dialogue inclusif en Rd Congo, et c’est, à l’approche de l’organisation de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs des nouvelles provinces prévue le samedi, 26 mars 2016. C’était à l’issue d’une conférence de presse tenue hier dimanche, 06 mars 2016, à son siège, dans la commune de Ngaliema. En présence de plusieurs responsables de cette association, dont Dolly Ibefo et Rostin Manketa, respectivement directeur exécutif et adjoint, la déclaration de la VSV a été lue par la chargée de communication, Laurette Misenga. A cet effet, ce document note qu’après la publication, le 28 février 2016, des listes des candidats gouverneurs et vice-gouverneurs des nouvelles provinces, des députés provinciaux de la MP et de l’opposition ont été urgemment convoqués et pris en charge à Kinshasa en vue de recevoir des consignes de vote assorties des intimidations, des menaces individuelles et des menaces de rétention des fonds de rétrocession, de blocage de nouvelles provinces au cas où celles-ci tombaient entre les mains des personnes non désirées.

La VSV a mentionné le cas des députés provinciaux du Kwango, dont 16 issus de la MP et de l’opposition ont été convoqués à Kinshasa depuis le mardi 01 mars 2016 en vue de recevoir lesdites consignes de vote en faveur de Larousse Kabula, actuel commissaire spécial du Kwango, candidat gouverneur de la MP et du PPRD. La VSV condamne cette démarche qu’elle qualifie de suicidaire et qui met à mal la cohésion nationale et la démocratie dans toutes les nouvelles provinces dont celle du Kwango. Cette démarche est également, selon elle, susceptible de favoriser des frustrations et des tensions entre les filles et fils de nouvelles provinces. Elle rappelle aux auteurs de ces pratiques que celles-ci ne font pas partie des standards internationaux pour des élections crédibles et leur demande de faire cesser toute pratique éhontée et antidémocratique afin de faire triompher la démocratie et ses valeurs dans les nouvelles provinces.

La VSV a invité les autorités de la Rd Congo et les animateurs de tous les partis politiques à respecter les normes internationales relatives aux élections qui stipulent, entre autre, que toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit à l’intermédiaire des représentants librement choisis. Cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes, qui doivent avoir lieu périodiquement au suffrage universel  et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté de vote. Pour conclure, elle demande à la CENI et aux autorités de la Rd Congo de faire respecter la liberté du vote et le critère de vote secret pour les députés provinciaux.

SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •