La terreur des « blousons noirs »

0
41

A supposer  que  la  motion  de  censure  de  l’opposition  ait  été  impeccable  et  maintenue,  et  qu’après  plusieurs  interventions  pour  et  contre  les  votes  « OUI »  l’aient  emporté,  entraînant  ainsi le  renversement  du  Premier  ministre  Adolphe  Muzito  et  son  gouvernement,  que  se  serait-il passé  au  Palais  du  peuple  en  particulier  et  dans  la  ville  de  Kinshasa  en  général  ce  jour-là  du  mercredi  19  mai  2010 ?  Voilà  une  question  capitale  qu’on  ne  s’est pas  posée  bien  que  Kinshasa  ait  visiblement  frôlé  le  pire.  On  a  épilogué  sur  le  retrait  de  la  motion  par  l’opposition,  sur  des  vices  de  forme  contenus  dans  l’habillage  du  texte  notamment  au  niveau  de  l’authenticité  de  certaines  signatures,  sur  les  cris des  manifestants  et  les  désordres  qu’ils ont  provoqués,  sauf  sur  ce  qui  devait  fatalement  s’ensuivre  si  le  Premier  ministre  Adolphe  Muzito  venait  à  tomber  avec  son  équipe  ce  jour-là.  Une  foule  immense,  hommes  et  femmes  tous  âges  confondus,  apparemment mis   en condition  et  résolus  comme  les  guérilleros,  fourmillent devant  l’entrée  principale  du  Palais  du  peuple.  Ils  sont  tous  survoltés,  tant  et  si  bien  que  les  forces  de  l’ordre  en  faction  sur  les  lieux  sont  dépassées  et  ne  parviennent  pas  à  les  maîtriser.

 

      Ils  défoncent  la  grille  et  pénètrent  dans  l’enceinte  de  l’immeuble,  dans  un  concert  épouvantable  de  cris,  de  vociférations  et  d’incantations.  Ils  se  dirigent  nerveusement  à  l’intérieur  du  palais  et  vont  envahir  le  balcon.  Les  téléspectateurs  scotchés  devant la  télévision  chez  eux  pour  suivre  le  débat  pouvaient  bien  observer les  péripéties  de  tout  ce  spectacle. Tout  le  balcon  était  surencombré  d’individus   en  train  de  criailler,  proférant  menaces  et  injures  contre  les  députés. Ils se  déclaraient  prêts  à  leur  faire  voir  de  quel bois  ils  se  chauffaient au  cas  où ils  essayeraient  de  faire  partir  le gouvernement par  leur  motion  de  censure.  Ce  ne  sont  pas  des  menaces  en  l’air  pour  ceux  qui  connaissent  la  psychologie  des  foules.  Ils  étaient  visiblement  dans  tous  leurs  états,  prêts  à  fondre  sur  les  députés  dans  l’hémicycle  comme  les  éperviers  sur  leurs  proies. 
  Le  spectacle  désolant  de ces fanatiques  donne  à  réfléchir  sur  la  compréhension  du  concept  de  la  démocratie  qu’ont  les  leaders  et  les  cadres  certains partis politiques,  et  sur  la  manière  dont  ils  sont  censés  conscientiser  leurs  militants  pour  servir  d’exemple  aux  autres.  Le  spectacle  de  cette  envergure  ne  pouvait  pas  être  un  incident  de parcours,  une  action   de  masse  spontanée.  Le  nombre  impressionnant  des  manifestants,  les moyens  de  locomotion  mis  à  leur  disposition,  les  faits  et  gestes  observés ;  tout  cela porte  à  croire  qu’il  doit  s’agir  d’une  action  politique  calculée  et  orchestrée  par  des  éléments  fanatiques,  mais  que  les  responsables  attitrés  ne  devraient pas  ignorer.  C’est  la  conviction  qu’en  ont  eue les  observateurs  avertis.  Ces  « blousons  noirs »,  à  la  différence des  « Chemises  rouges »  de  Bangkok  en  Thaïlande,  ont  manqué  d’égards   même  envers  le Président de  l’Assemblée  nationale  Evariste  Boshab,  qu’ils  ont  houspillé  et  couvert  de  propos  désobligeants,  alors  qu’il  entrait  dans  la  salle  accompagné  des  membres  de  son  bureau.  Dès  l’ouverture  de  la  séance,  Evariste  Boshab  l’a  aussitôt  fait  remarquer  au chef du gouvernement et à toute son équipe :  «vous devez être  fier d’avoir instrumentalisé vos  militants pour  empêcher les députés de faire leur travail »,  a-t-il  lâché  avec  un air  indigné.

Un  très  mauvais  précédent 

    Soucieux  d’impressionner  l’opinion  en faisant  grand  étalage  du  dévouement  inconditionnel  de  leurs  militants  de  base  aux  mots  d’ordre  qu’ils  leur  donnent,  les  apparatchiks  ne  se  rendent peut-être pas  compte  qu’ils  les  entraînent ainsi à l’apprentissage  de  l’insurrection populaire dans cette ville  de Kinshasa, un phénomène qu’ils ne seraient  plus  en  mesure  de  contrôler  et  de  maîtriser dans  cette  métropole  cosmopolite  et multitribale.  Des  frustrations  refoulées  des  couches  sociales  diverses  peuvent  profiter  de  pareilles  maladresses  politiques  pour  se  mettre  à  exploser  irrésistiblement.  Des  désordres  semblables  se  sont  déjà  produits  à  plusieurs  reprises  dans  ce  pays  depuis  la  nuit  des  temps  jusqu’aujourd’hui,  souvent  sporadiquement avant  de  prendre  de  l’ampleur.  On  incriminerait  des  forces  occultes  internes  et  externes  imaginaires,  alors  qu’on  est  confronté  à  des  situations  difficiles  dont  le  déclic  a  été  amorcé  par  des  actions  irréfléchies  d’instrumentalisation  politique  de  certaines  masses  populaires.  Inconsciemment  peut-être,  on  est  en  train  de  transformer  les  militants  de  base  de  partis  en  milices privées  qu’on  juge  d’un grand  secours  pour  influer  sur  les  règles  du  jeu  démocratique.
 A  supposer  que  les  autres  partis  soient  tentés  d’en  faire  autant  comme  l’a  laissé  entendre,  à  son  corps  défendant  évidemment, le  Secrétaire  général  du  PPRD  Evariste  Boshab,  que  deviendrait  encore  ce  pays  déjà  en  proie  aux  mouvements  de  maquis  qui  surgissent  et  opèrent  comme  dans  la  jungle  sans  être  totalement  domptés ?    Heureusement  que  comme  mesure  préventive  contre  cette  instrumentalisation  des  masses  populaires  de  base,  le  Président  de  l’Assemblée nationale  a  décidé que  désormais  il  serait  strictement  interdit  aux  militants  des  partis  l’accès  du Palais  du  peuple  lorsque  les  ministres  seraient  appelés  à  s’expliquer  avec  les  représentants  du  peuple.  Evariste  Boshab a  bien  pressenti,  par  intuition, que  la  manifestation  tumultueuse  des supporters fanatiques était  susceptible  de  créer  un  très  mauvais  précédent  contagieux  pour  les  autres  partis  politiques,  notamment  ceux  de  l’opposition  qui  pourraient,  à  l’avenir,  chercher  eux  aussi  à  inciter  leurs  militants  à  aller  s’attrouper  nombreux  au  Palais  du peuple  et entrer  dans  la  salle  pour  les  soutenir  lorsqu’ils  interpellent  les  ministres.  Le  parlement  deviendrait  ainsi une  sorte  de  pétaudière  envahie  par  des  milices  privées  de  partis  politiques.   Le résultat serait l’étouffement de l’épanouissement d’une démocratie qui ne s’est pas encore remise des séquelles des rébellions.
Jean  N’Saka  wa 
N’Saka
Journaliste  indépendant

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*