La stratégie de mécanisation agricole de la RDC validée

0
527

La stratégie de mécanisation agricole de la Rd Congo a été validée hier, mercredi 16 mars 2011, dans la salle de conférence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à l’issue d’un atelier initié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le texte a été validé pour le fond, mais pour la forme, il y a eu des amendements. Les participants, les agents de la FAO, les cadres du ministère de l’Agriculture, le représentant de la présidence de la république et les partenaires techniques, se sont donnés un délai d’une semaine pour présenter le texte définitif. Signalons que cette stratégie est accompagnée d’un plan d’action.

Les objectifs généraux de la stratégie de mécanisation agricole sont de 5 ordres. Il s’agit d’améliorer la sécurité alimentaire par
l’intensification de la production agricole et l’extension des terres agricoles ; améliorer les revenus des paysans et des acteurs opérant dans la filière du machinisme agricole ; alléger les travaux pénibles de la femme en développant des équipements adaptés aux travaux agricoles ; promouvoir l’emploi en milieu rural en développant la fabrication du matériel agricole et les différents services d’appui ; enfin appuyer la protection de l’environnement.

 

       En ce qui concerne le besoin en équipements agricoles, il est envisagé d’introduire 2000 tracteurs par an à moyen terme pour atteindre les 8000 tracteurs par an à long terme compte tenu du potentiel agricole. En matière de motoculteurs, il est envisagé de couvrir les besoins théoriques de 10.000 motoculteurs annuellement. La traction animale n’a pas été animale, ainsi on prévoit 5000 charrues, 5.000 herses, 5.000 charrettes, 5000 jougs complets.
       Le plan d’action comporte 15 projets. Le premier programme, par exemple, comprend 4 projets et a pour objectif de renforcer les structures de l’Etat, en les dotant de moyens d’orienter, d’analyser, de suivre et d’évaluer les différentes actions relatives à la mécanisation agricole.
       A l’ouverture des travaux, le représentant de la FAO en Rd Congo, Ndiaga Gueye, a déclaré : « La RDC peut constituer l’un de plus grands bassins agricoles au monde si elle prend effectivement conscience de ses potentialités multiformes et qu’elle en assure une exploitation optimale. Tous les atouts sont de son côté : ressources hydriques plus que suffisantes, terres d’une grande diversité agro- écologique, capital humain mobilisable, etc…Par ailleurs, nous sommes tous
d’accord que l’outillage agricole en Afrique doit évoluer.  C’est même devenu une demande légitime des producteurs, à quelque échelle que ce soit. »
       Ndiaga Gueye estime qu’une métamorphose positive de l’agriculture congolaise passera nécessairement par une combinaison intelligente de plusieurs facteurs parmi lesquels le recours à des technologies plus avancées mais adaptées.
       Pour lui, la mécanisation agricole zest un souhait légitime des agriculteurs qui espèrent par ce moyen, alléger leurs peines et augmenter leurs revenus. Il a mis un bémol en signalant que la mécanisation agricole ne s’improvise pas, une étude sérieuse sur le matériel à utiliser et sur sa rentabilité doit être effectuée avant toute acquisition au risque d’essuyer de graves échecs.
       Le représentant de la FAO en Rd Congo a indiqué que dans le but d’accompagner le gouvernement dans ces démarches que son institution, à travers son programme de coopération technique, elle a accepté d’apporter un appui pour la formulation de la stratégie nationale de mécanisation agricole assortie d’un programme de mise en œuvre.
       Le ministre de l’Agriculture empêché a demandé au secrétaire général de son ministère de le représenter. Ce dernier a, à son tour, mandaté Robert Ngonde Nsakala, directeur chef du Service national des statistiques agricoles (SNSA). C’est ce dernier qui a lu le mot du ministre de l’Agriculture, Norbert Basengezi, qui a signalé qu’en vue d’accroître la production des cultures vivrières, le gouvernement de la Rd Congo bénéficie depuis 2009 d’une assistance technique et financière de la FAO pour la mise en place d’une stratégie nationale de mécanisation agricole. Il a promis que le gouvernement s’appropriera de ce document.

Jean- René Bompolonga

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*