La Société civile se mobilise pour la surveillance du Projet Inga 3

0
96

Inga-2En marge du Projet d’appui au plaidoyer pour l’accès inclusif de la population congolaise à l’énergie électrique, il s’est ouvert hier mardi 24 novembre à la salle de conférences du lycée Sacré-Cœur à Gombe, un atelier de renforcement des capacités des acteurs de la Société civile sur la problématique de l’énergie en RD Congo. Ce forum qui vise, entre autres, de permettre aux Organisations de la Société civile (OSC) de mieux cerner, non seulement, la problématique de l’énergie en RDC, mais surtout de mieux comprendre l’historique, l’évolution, l’état des lieux, les enjeux et les défis du projet Grand Inga, particulièrement sa première phase qui est le projet Inga 3 BC.

« Il est que la population congolaise s’approprie les contours de ce partenariat Public-Privé qui est le mode sous lequel sera geré le Projet Inga 3 BC. Les OSC vont, à travers cet atelier, comprendre les types d’accords de financement que le pays peut signer avec les partenaires bi et multilatéraux comme les institutions financières
internationales et les conséquences qui en découlent… » a indiqué la modératrice de cette première journée, Madeleine Andeka, qui a aussi déclaré que c’est une occasion pour ses pairs de connaître les accords de financement qui ont donné lieu à la dette de la RDC pour réaliser ce projet et les conséquences qui en découlent.

Outres des délégués des OSC, ceux des ministères de l’Energie et de l’Environnement ; de la Cellule d’appui technique à l’énergie ; de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD) ainsi que d’autres partenaires impliqués, participent également à cet atelier de trois jours qui se clôture demain jeudi 24 novembre 2015.

Dans son mot de bienvenu aux participants, le coordonnateur du projet, Justin Mobomi, a déclaré que la problématique de l’énergie est un des principaux enjeux de l’heure pour le développement de la RDC et
de l’humanité. Cet enjeu, a-t-il dit, ne peut être résolu qu’à travers une gestion participative tripartite : acteurs étatiques, acteurs de la Société civil et les partenaires. Emettant ainsi sur la même longueur d’ondes que son successeur, Emmanuel Musuyu, secrétaire technique de la Coalition des OSC pour le suivi des réformes et de l’action publique(CORAP), structure regroupant plus ou moins 55 organisations, qui s’est assignée pour mission de se mobiliser constamment pour influencer positivement les politiques étatiques en
faveur des communautés de base.

Pour la journée d’ouverture, le panel des intervenants s’est appesanti sur la problématique de l’énergie en Rdc. Tour à tour, les participants ont suivi des présentations sur la politique de l’énergie en Rdc, sur la loi sur l’électricité, et sur l’économie des analyses de la Société civile sur le contenu de l’avant-projet de loi sur Inga, la nature juridique de l’ADPI et enjeux de mise en œuvre. Pour rappel, le projet d’appui au plaidoyer pour l’accès inclusif de la population congolaise à l’énergie électrique est mis en œuvre par le CENADEP et la CORAP avec l’appui des partenaires dont 11.11.11 et CNONGD est appuyé financièrement par la fondation OSISA à la hauteur de 100.265 USD. Il a pour objectifs de renforcer la capacité de la Société civile, les médias et les communautés locales pour surveiller la mise en œuvre du projet Grand Inga et le développement des sujets
connexes.

Aussi, de soutenir une synergie des initiatives au niveau local, national et régional pour pousser le Gouvernement, les partenaires techniques et financiers à prendre en considération les revendications des populations en matière d’accès à l’énergie. Et, d’appuyer l’analyse, la publication et la diffusion de l’information à travers les médias largement distribués, les réseaux sociaux et la communication de voisinage pour renforcer la responsabilité des dirigeants.

Quant à d’autres activités prévues à court terme par le projet après cet atelier, il y aura également un deuxième atelier de formation pour renforcer les capacités des membres de la Société civile, des médias et des communautés locales. Il y a lieu de noter également l’organisation d’un atelier régional de trois jours d’échange des pratiques dans différents pays.

Dix émissions radiotélévisées dans des chaines à large audience et la publication de dix articles de presse spécialisés sont aussi prévues dans le cadre des activités de ce projet d’une année. Il y aura deux tribunes d’expression populaire qui seront organisées à Kinshasa et dans la province de Kongo Central où se développe le projet Grand Inga.

Dans le même ordre d’idée, il y aura bientôt le lancement d’un site web pour y loger toutes les informations disponibles au sujet du projet Grand Inga et les activités de la Société civile y afférant.

Des activités visant à soutenir la conception et la diffusion des documents à adresser aux gouvernements, parlements et partenaires techniques et financiers, et aussi à soutenir deux experts pour accompagner la Société civile dans les amendements des lois sur le projet Inga sont également envisagées.
TshiekeBukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •