La société civile communale s’engage dans un partenariat avec la Monuc

0
62

Plusieurs organisations municipales de la société civile œuvrant dans la commune de Kisenso se sont retrouvées pour s’informer sur la nouvelle organisation de la société civile, issue de la dynamique amorcée par le Symposium national de la Société civile qui s’est tenu en mai 2009 à Nganda et suivre la restitution au niveau communal des « Actes des journées d’information et d’échanges entre la Société civile et la Mission des Organisations des Nations Unies au Congo (Monuc) ». Cette rencontre qui s’est déroulée le 29 avril à la Paroisse catholique Saint Etienne de Kisenso, a connu la participation de plusieurs personnalités parmi lesquelles on a noté la présence des représentants du bourgmestre, de la Monuc, du président et du vice président du Comité de suivi de Kinshasa, du questeur du Comité national de suivi des actes du Symposium, des chefs de quartiers de Kisenso et des représentants de plus de 200 organisations de la société civile (osc). La grande réussite de cette journée a été marquée par la présentation aux forces vives de la commune de Kisenso du mandat de la Monuc et de ses réalisations ainsi que dans l’installation du Bureau communale de suivi du Symposium national de la Société civile.

Le chef de Bureau, représentant le bourgmestre empêché a remercié la Monuc et les organisateurs de cette journée d’information pour leur initiative louable dont il souhaite que la population  tire en grand profit. Par ailleurs, le président du Comité de suivi provincial a remercié tous ceux qui s’étaient dérangé pour assister à cette cérémonie signe que la société civile veut se mettre débout, même au niveau communal, pour prendre son destin en mains. Car selon lui, depuis l’indépendance de la Rd Congo, le population reste toujours en marge et laisse les politiciens faire ce qu’ils veulent ; mais aujourd’hui la population à travers la société civile doit se mettre debout face aux échéances à venir. Cela implique nécessairement une solide organisation, telle que le Symposium l’a décidée. Désormais, pour lui, il n’y aura plus des sociétés civiles de télévision, de tribalisme. Il a remercié la Monuc à travers Laurent et Crispin, à cause de son dynamisme et de son appui et aussi Me Marie André Mwila Kayembe, questeur du Comité national de suivi, qui, avec son équipe d’appoint, réveillent les ongs qui dorment et les accompagnent dans l’éveil citoyen.

Prenant la parole à cette occasion, les représentants de la Monuc, ont expliqué une vision sur le mandat et le travail de la Monuc dans notre pays, en s’appuyant sur un ensemble de matériel didactique. Tandis que Me Mwila a brossé les orientations majeures des décisions du Symposium et décrit le contexte de l’activité du jour. Il y a eu un bel échange entre les participants et représentants de la Monuc, sur plusieurs questions d’actualité telles que la fin du mandat de la Mouc, les raisons du retard de l’information sur le travail de cette agence de l’Onuc, alors qu’elle a déjà plus de 10 ans dans notre pays, le départ des FDLR, la sécurité aux frontières de la Rdc, l’exploitation et le trafic de richesses congolaises, la contribution de la Monuc dans le développement social, l’implication de la Monuc dans l’extradition de Nkunda Batuare, etc..

SAKAZ

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*