La SNEL se dote de trois hélicoptères

0
520

snlTrois hélicoptères « Airbus », de fabrication française, figurant parmi les plus connus et appréciés dans le monde grâce à leurs fiabilité, autonomie et endurance  – à savoir deux hélicoptères « Ecureuil » et un hélicoptère « Eurocoptère » – ont été réceptionnés hier lundi, 18 janvier 2016, par Eric Mbala Musanda, directeur général de l’entreprise S.N.EL. s.a. (Société Nationale d’Electricité).

L’événement a eu pour cadre l’Aérodrome de Ndolo, dans la commune de Barumbu. Ces appareils pouvant transporter chacun jusqu’à trois tonnes de poids, brut ont été conçus, selon les techniciens, pour voler et travailler à n’importe quelle altitude ou condition atmosphérique et géographiques ; conditions que la SNEL est obligée d’affronter tout au long d’une année pour transporter l’énergie électrique et servir ses abonnés sur l’étendue du territoire national, à travers plaines, vallées, montagnes, plateaux et forêts. Et cela, sans omettre la traversée des cours d’eau. En outre, cette acquisition fait partie d’un projet financé par S.N.B, une banque américaine qui a mis 810 millions USD à la disposition de cette entreprise et de son partenaire « Stewco/Africa » pour la réhabilitation des infrastructures à Inga et à Zongo 1 dans l’ex-Province du Bas Congo, mais aussi et surtout pour remettre à point les réseaux de distribution de l’énergie électrique à Kinshasa.

Expliquant la nécessité d’acquisition de ces hélicoptères, le Directeur général a souligné que cela n’est nullement un luxe. Au contraire, la SNEL possède 5.000 km de lignes électriques à surveiller pour assurer leur bon fonctionnement. Par exemple, Inga est distant de 2.000 km de Kolwezi. La SNEL a le devoir de les entretenir fréquemment; d’intervenir en cas de panne, quel que soit l’endroit où elle est localisée, en amenant rapidement sur le lieu, techniciens et appareils appropriés. Ces avions seront aussi utilisés, selon lui, pour mener des études sur terrain, tracer des plans et faire des photos. Eric Mbala Musanda – qui avait à ses côtés les principales autorités de la SNEL – a montré aussi l’impact positif du financement du projet de réhabilitation d’Inga et de Zongo, en précisant qu’il y sera consacré 150 millions USD et qu’il contribuera à l’amélioration de la desserte de l’énergie électrique en RDC et particulièrement ici dans la capitale. Le reste de la somme servira à la rénovation des réseaux de distribution à Kinshasa ; à poser des compteurs à pré-payement pour rationaliser la consommation de l’énergie électrique ; à construire à Maluku et sur d’autres sites des nouveux postes de distribution, semblables à celui de Bandalungwa et à combattre les poches noires partout à travers la Ville.

SAKAZ

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •