La route de Matadi s’en va

0
279

La forte pluie qui s’est abattue hier jeudi 21 février 2019 sur la ville de Kinshasa a laissé des traces douloureuses, autant sur les populations que des habitations ainsi qu’au niveau des infrastructures et de l’environnement. Les premiers dégâts sont visibles sur la Route de Matadi, particulièrement au niveau de l’arrêt Zappé, à quelques mètres de la voie qui conduit vers le quartier Télécoms, à Binza-Upn. Un éboulement de terrain est fort visible, ayant causé une érosion qui a coupé une partie de la Route de Matadi, empêchant de ce fait les véhicules de passer par là.

            Ce sont des témoins oculaires de cette catastrophe naturelle qui ont été les premiers à signaler des blessés, des disparus  et autres dégâts matériels, notamment des véhicules endommagés circulant habituellement sur ce tronçon, surpris par cette catastrophe naturelle. Ces disparus se recruteraient parmi les populations des environs ou probablement en provenance de la province du Kongo Central.

            En attendant le rapport final des services de la police et de l’administration communale concernée, cette érosion causée par cette pluie torrentielle aura des répercussions indicibles sur la libre circulation des véhicules et piétons provenant des quartiers Badiandingi, Cité Verte, Cité Mama Mobutu, Matadi Kibala, Benseke-Futi, Mitendi, Kasangulu, etc.

Vive réaction des autorités administratives

            Fidèle Biayi, ci-devant bourgmestre de la commune de Selembao qui, intervenant sur la radio Top Congo, a signalé que jusque-là, il y a eu que six maisons fortement endommagées, qui risquent d’être englouties si rien n’est fait. Pour sa part, le vice-ministre des Infrastructures Travaux Publics et Reconstruction Papy Mantezolo est aussi monté au créneau pour indiquer que, alerté et saisi, le gouvernement  a instruit l’ACGT (Agence Congolaise des Grands Travaux) d’effectuer une descente sur les lieux de cette catastrophe naturelle en vue d’entreprendre, dans les meilleurs délais, les travaux de réhabilitation de ces lieux dont l’importance est jugée capitale pour Kinshasa. En termes de libre circulation des personnes et leurs biens et surtout de l’approvisionnement de la ville en vivres et autres produits manufacturés et de première nécessité.

            Déjà et comme l’on devrait s’y attendre, des véhicules de tourisme, de transport des personnes et des produits de première nécessité devront emprunter la Route de By Pass, à Mont-Ngafula pour atteindre les autres communes de la ville. Une route qui est déjà endommagée en divers endroits et bonjour les embouteillages.

            Comme il en est ainsi, il est donc indiqué que les habitants des quartiers situés au-delà de ce ravin ainsi créé, devraient prendre toutes les précautions d’usage en vue de parer au plus pressé en cas de sinistre par ces temps des pluies diluviennes répétitives. Le commun des mortels espère que des sanctions sévères devraient être infligées à tous ceux qui s’aventuraient à construire des habitations sur des sites non lotissables, notamment sur des endroits escarpés et exposés aux érosions.

            F.M.  

  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •