La RDC face au défi des flux migratoires

0
142

Ouvert hier mercredi 3 novembre à Faden house, l’atelier sur « la gestion intégrée des frontières » se clôture ce jeudi dans l’après-midi.

Sponsorisé par l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), cet atelier se fixe comme objectif d’aider les participants à réfléchir sur la gestion intégrée des frontières, considérée comme un système efficient et effectif de contrôle des frontières basé sur la coopération et la coordination nationale et internationale entre les principaux acteurs ou services ayant en charge la sécurité des frontières. Un système qui facilite aussi les mouvements des personnes et de leurs biens. 

            Car, la gestion des frontières revêt actuellement une importance capitale vu les flux migratoires qui s’observent à ce jour à travers le monde. Notamment les échanges transfrontaliers des biens et des services, des vagues de réfugiés dues aux guerres, crises économiques et politiques, ou encore des crimes transfrontaliers avec à l’affiche le terrorisme international, ainsi que la traite des êtres humains.

            Pour la République Démocratique du Congo, la gestion des frontières est une notion d’impérieuse et stratégique qui exige une attention particulière vu le caractère poreux de nos frontières.

            Par ailleurs, on renseigne que la gestion intégrée des frontières repose sur trois piliers principaux, à savoir : la coopération intra services, la coopération inter services et la coopération internationale.

            S’exprimant en marge de  la cérémonie d’ouverture des travaux, le chef de mission de l’OIM à Kinshasa, Michael Tshanz trouve que la gestion intégrée des frontières est plus importante en Rdc par rapport à d’autres pays, vu l’immensité de son territoire et ses énormes richesses.

            A cet effet, il a invité les participants à réfléchir sur la bonne gestion des frontières qui est un concept reconnu au niveau universel et qui demande une appropriation de différents services de l’Etat.

            Pour sa part, le vice-ministre en charge de l’Intérieur a dit toute son soutien à l’atelier, espérant que le forum apportera un plus à l’épineux problème de gestion des frontières.

            Tout en remerciant les partenaires dont l’OIM pour avoir facilité la tenue de cet atelier, Georges Zuka Mondo a émis le vœu de voir le forum déboucher sur des recommandations qui aideront le gouvernement à enrichir davantage sa politique de migration.

            En marge de la cérémonie d’ouverture officielle des travaux, le chargé de la réforme du système de la Monusco a fait un exposé sur « la gestion intégrée des frontières dans le contexte de la réforme du système de sécurité ».

            Francis Saudubray a, à l’occasion, expliqué la cartographie de la Rdc dans le but de permettre au gouvernement de disposer en temps réel d’un outil de contrôle de la présence des institutions de l’Etat sur l’ensemble du territoire national.

            La cartographie donnera également au gouvernement un outil de contrôle direct et efficient des mouvements migratoires.                         Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*