La RDC et le coronavirus : ne pas baisser la garde !

0
113

A l’image d’un boxeur faisant face à un adversaire redoutable sur le ring, il est interdit à la République Démocratique du Congo de baisser la garde devant la menace que représente le coronavirus. Cette vigilance permanente est d’autant requise que le pays est classé parmi les « treize » à hauts risques épinglés par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) au niveau de l’Afrique. Un mois après l’apparition de cette épidémie en République Populaire de Chine, l’unique alternative pour se mettre à l’abri reste la prévention. Celle-ci devait se situer tant au niveau du dispositif médico-sanitaire de dépistage que des mesures d’hygiène élémentaires à observer au quotidien par les Congolais comme les étrangers ayant choisi le grand Congo comme leur seconde partie. Même si le pays dispose des kits de détection des symptômes de la maladie, des gestes simples du vécu quotidien sont décisifs : lavage des mains avant comme après les repas ou avant et après avoir manipulé des aliments ou des objets suspects, toussotement sous protection d’un mouchoir, limitation des contacts physiques, cuisson des aliments à des températures susceptibles de « tuer » le virus de malheur, auto-interdiction de consommer des animaux malades, protection contre les sécrétions nasales des personnes suspectes, etc.

         Les messages de prudence de l’OMS devraient faire l’objet des campagnes de vulgarisation permanente dans les médias, les réseaux sociaux, sur les places publiques, en milieux de travail, dans les transports en commun, les restaurants de fortune ou « Malewa », les points de vente des denrées alimentaires en position statique ou à la criée.

         Les informations sur les symptômes du coronavirus et les risques de contamination devraient circuler abondamment, à Kinshasa comme en provinces, et même plus dans la capitale qu’ailleurs, compte tenu des mauvaises habitudes des Kinoises et Kinois qui raffolent des produits alimentaires (pains, beignets, cacahuètes, poissons de mer ou poulets frits, bananes, brochettes)…exposés à la poussière ou étalés à même le sol. Des comportements responsables devraient être adoptés par tous si la RDC tient à préserver ses statistiques de « zéro » cas de coronavirus, la rumeur faisant état d’une personne atteinte et internée au CMK (Centre Médical de Kinshasa) ayant été formellement démentie par le médecin directeur de cette formation médicale, sous le contrôle des représentants du ministère de la Santé.

                                                     Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •