La RDC déterminée à casser la chaine de contamination

0
129
Les matériels de protection du personnel soignant remis aux hôpitaux
Les matériels de protection du personnel soignant remis aux hôpitaux

Alors que la pandémie de coronavirus sème la terreur à travers le monde, les Congolais préfèrent jouer à se faire peur. Lundi en début d’après-midi, les réseaux sociaux -toujours eux- ont été inondés par des informations sur une analyse de conformité réalisée par le Laboratoire National de Contrôle de  Qualité sur un lot de « chloroquine phosphate tablets 250 mg » soumis à son examen. Selon l’analyse, le produit est non conforme car le principe actif est inexistant dans les comprimés examinés.

Chacun peut imaginer le tollé que la nouvelle a suscité en cette période où le système sanitaire national est submergé par des cas de contamination au coronavirus, maladie contre laquelle le traitement prescrit en RDC est l’association de la chloroquine et l’azythromicine. Si l’un des produits est défaillant, il va de soi que le traitement devient déficient. On comprend dès lors la colère des parents et autres malades potentiels d’apprendre qu’un quidam aurait offert de la chloroquine inappropriée à l’INRB.

A ce stade, nous ignorons si l’information qui proviendrait de LAPHAKI serait fondée. Mais si tel est le cas, cela va poser le problème de validation de tous les lots des produits utilisés dans la prise en charge du coronavirus. Il est en effet important que l’INRB rassure la population sur la fiabilité des médicaments mis à sa disposition.

Un million de comprimés de chloroquine et 9.000 doses d’Azytromicine réceptionnés

Au moment où l’opinion et les malades du covid-19 étaient troublés par l’analyse attribuée au Laboratoire National de Contrôle de Qualité, le ministre Eteni Longondo réceptionnait, le lundi 06 avril 2020, un million de comprimés de Chloroquine offerts par le Royaume de Belgique par l’entremise de son Agence d’exécution des projets de développement (Anabel).

Comme pour couper court à d’éventuelles rumeurs malveillantes, il a été aussitôt précisé que la chloroquine belge a déjà été testée à Kinshasa et qu’elle s’est révélée conforme. Elle va donc être rapidement mise à la disposition des malades en association avec l’azythromicine, conformément au protocole arrêté par les scientifiques congolais pour le traitement du covid-19.

S’agissant de l’azythromicine, un nouvel arrivage commandé par le gouvernement et ses partenaires a aussi été enregistré par le ministère de la Santé. La cérémonie de remise des produits s’est déroulée à l’entrepôt de la Fédération des centrales d’approvisionnement des médicaments (FEDECAME) situé dans la commune de la Gombe, vers la Gare centrale.

Le geste de solidarité belge a été salué par Eteni Longondo qui a aussitôt rappelé la détermination du gouvernement congolais de briser la chaine de contamination afin d’arrêter la propagation du virus en République Démocratique du Congo. Il a révélé par la même occasion que les actions du gouvernement sont focalisées sur l’objectif « zéro contamination » parmi le personnel soignant qui se sacrifie déjà dans la prise en charge des malades de covid 19.

C’est pour répondre a cette préoccupation de protection qu’il s’était rendu, après la Gare Centrale, aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, pour remettre les matériels de protection au personnel médical des hôpitaux retenus pour la prise en charge des malades de coronavirus à Kinshasa.  Avant les cliniques universitaires, ces mêmes matériels avaient été remis aux   hôpitaux de l’Ouest de la capitale. Ils comprennent des masques, des lunettes, des chaussures et des solutions hydroalcooliques, etc.

Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •