La PNC face au défi de la sécurité dans les nouvelles provinces

0
279

police judiciareLes quinze nouvelles provinces sont confrontées, comme on le sait, aux défis immenses. Sur le plan de la sécurité, le gouvernement devrait les doter de tous les services d’ordre pour garantir la stabilité des institutions républicaines et rétablir l’autorité de l’Etat. Le problème  se pose particulièrement là où les forces négatives continuent à narguer les Fardc et où les seigneurs de guerre imposent leur loi. A en croire des analystes de la scène politique congolaise, l’exécutif devrait éradiquer l’insécurité persistante qui freine le développement de la plupart des entités politico-administratives, et cause le déplacement massif des populations. Pour y parvenir, le gouvernement devrait compter sur ses services d’ordre, particulièrement la Police nationale congolaise.

Comme assurer la protection des populations et de leurs biens, est un de ses défis majeurs, le gouvernement devrait pour ce faire, outiller la Police nationale congolaise pour qu’elle puisse remplir avec efficacité ses principales missions. Est-ce que la police dispose actuellement des effectifs suffisants et formés pour se déployer dans tous les coins et recoins de la RDC ?  Telle est la question que tout le monde se pose aujourd’hui.

Le processus de la réforme de la PNC n’étant pas encore achevé, il y a nécessité de le poursuivre avec la même détermination. L’urgence devrait   être accordée à sa mise en œuvre pour accélérer l’élaboration des lois y relatives, ainsi que le programme de formation des agents, des cadres subalternes et supérieurs, la construction de l’Académie de la police, l’implantation des commissariats provinciaux et la mise en place des groupements et autres unités spécialisées. Et c’est dans cette perspective que la police de proximité, ce nouveau mode de fonctionnement de la PNC, devrait faire ses preuves.

En dépit de quelques avancées majeures réalisées jusqu’ici, le processus de la réforme de la PNC n’est pas encore achevé. Il requiert, comme dit plus haut, des lois et des textes règlementaires adaptés au fonctionnement de la PNC et au processus de son implantation dans ces nouvelles entités politico-administratives.

Exigences majeures pour la survie du CSRP

Aujourd’hui, malheureusement, quelques voix s’élèvent pour proposer l’extinction du CSRP, cet organe-conseil du gouvernement qui depuis sa création, assure le suivi et l’évaluation du processus de la réforme de la police. Cette démarche est menée, comme on peut le deviner, dans le but de priver l’exécutif d’un instrument appelé à matérialiser la vision du chef de l’Etat de doter la RDC, d’un service de police républicain, apolitique, respectueux de droits de l’Homme et plus proche de la population pour répondre à ses besoins en matière de sécurité.

            Or, c’est en ce moment précis que l’importance de cette structure composée de nombreux experts congolais et étrangers, s’avère déterminante. Non seulement, parce qu’il faut poursuivre la réforme de la police avec le même élan et le même enthousiasme, pour la conduire à son terme, mais aussi parce qu’il faut assurer sans relâche la coordination de ces expertises et des appuis des partenaires extérieurs dans le cadre de cette réforme.

            Le CSRP est jusque là, le seul instrument du gouvernement  au sein duquel sont impliqués plusieurs ministères, dont notamment le ministère de l’Intérieur, Sécurité et Décentralisation, et le ministère de la Famille, Femme et Enfant. Le comité politique du CSRP est aussi la tribune où siègent tous les partenaires techniques et financiers pour évaluer les étapes déjà franchies par le processus de la réforme, corriger quelques faiblesses relevées dans sa mise en œuvre, déterminer ce qui reste à faire, afin de donner des impulsions nécessaires pour la poursuite harmonieuse du plan pluriannuel de sa mise en oeuvre.

            Ce qu’on ne dit pas souvent est que ce laboratoire de production des avant-projets de lois, de conception de la nouvelle architecture de la PNC, de son organigramme, de l’élaboration des  modules de formation adaptés aux différentes spécialités, fidèle à ses objectifs, a rempli toutes ses promesses, en dotant la police, du statut du policier avec la loi de programmation qui définit les investissements prioritaires en matière d’infrastructures, d’équipements logistiques et de l’amélioration des conditions socio-professionnelles des policiers, en passant par le code d’éthique et déontologie du policier, les structures de discipline et des barèmes de sanctions.

            A ce titre, on ne peut que saluer de deux mains le travail laborieux accompli jusqu’ici par cette expertise multi-nations placée sous la direction du général Elesse dont les grandes qualités professionnelles ont été éprouvées. D’ailleurs, le CSRP n’attend que d’être soutenu par le gouvernement congolais, pour lui fournir tous les projets qui concourent à la mise en œuvre de la réforme de la police et des mécanismes opérationnels qui participent au bon fonctionnement du commissariat général de la PNC, et des autres unités de la PNC. Et reconnaitre le mérite de toute cette expertise.

                                                                                        J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •