La Mutuelle de santé des Enseignants de l’EPSP : une réalité nationale

0
83

La Mutuelle de Santé des Enseignants de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (M.E.S.P. asbl) a débuté ses activités en 2011 et fin 2013, elle a totalisé deux ans d’existence. Pour une structure qui avait rencontré d’énormes difficultés à ses débuts, le bilan qu’elle présente aujourd’hui et  que Le Phare a découvert au terme d’une laborieuse investigation au sein de son administration ne peut que surprendre.

En effet, après deux ans seulement de fonctionnement, la jeune Mutuelle des Enseignants de l’EPSP a fait face à 164.747 cas de maladies (ou épisodes de maladies) en 2012. Il s’agissait d’un véritable examen de passage pour des millions des sceptiques qui pensaient que l’initiative ne vivrait que le temps d’une rose, l’espace d’un matin. Eh bien, les 164.747 cas dûment repertoriés ont été couverts à la grande satisfaction des malades. Ce premier coup d’essai réussi, on attendait maintenant la suite pour s’assurer que les premiers résultats n’étaient pas le fait du hasard ou des circonstances heureuses. Et voilà qu’en 2013, rebelote ! Mieux, la MESP est allée au-delà des prévisions en assurant la couverture de 226.897 épisodes de maladies, soit une augmentation de 37,7% de la couverture maladie en l’espace de deux ans ! Une performance que les enseignants dans leur ensemble et leurs familles saluent avec chaleur. Le plus intéressant dans ce dossier de la Mutuelle des Enseignants est que tout se déroule comme dans une maison de verre. Les éléments d’information sont disponibles pour les affiliés qui peuvent ainsi suivre dans les détails l’évolution de leur mutuelle.

Fruit des efforts du Gouvernement de la République qui a mis à sa disposition des Fonds nécessaires à son démarrage, conformément à la vision de la politique sociale du Président de la République Joseph Kabila Kabange, cette mutuelle répond actuellement à un des points des différents Cahiers de charge déposés chaque année par les enseignants – représentés par les syndicats de l’Intersyndical de l’EPSP – entre les mains du Ministre ayant en charge l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) qui représente leur employeur qu’est l’Etat congolais. Sa concrétisation est due particulièrement au savoir faire du Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), qui a su l’encadrer et l’organiser sur terrain, grâce à une expérience/pilote menée sur la Ville-Province de Kinshasa. Malgré qu’elle est issue d’une exigence des enseignants eux-mêmes et malgré l’appui du gouvernement, la MESP a été combattue par certaines gens qui avaient des intérêts contraires à l’émergence d’une grande mutuelle bien organisée, s’adressant à tous les enseignants du secteur public de l’EPSP et leur assurant – à eux et à leurs familles – des soins de santé indispensables à une vie professionnelle et familiale apaisée.

Satisfaction des besoins des affiliés

 Malgré ce début difficile, la M.E.S.P. a accompli à la fin de l’exercice annuel 2013, deux années entières de prise en charge de l’accès aux soins de santé de ses affiliés dans la Ville-Province de Kinshasa, lieu de son expérience-pilote comme le prouve l’exemple cité auparavant : alors qu’elle n’avait couvert que 164.747 épisodes de maladies (cas de maladies soignés par les formations sanitaires partenaires) en 2012, la MESP a réalisé une performance en 2013, en couvrant pratiquement 226.897 épisodes de maladies. Cette augmentation représente 38 % et illustre ainsi le niveau d’utilisation des services par les affiliés de la Mutuelle. Une augmentation qui se répercute sur l’opinion des enseignants du secteur public à Kinshasa où il devient très difficile, voire même impossible de trouver encore des avis contraire à l’extension de cette mutuelle.

Des avis recueillis par notre Journal auprès des enseignants et syndicats de trois provinces éducationnelles de la Ville-Province de Kinshasa confirment la satisfaction des affiliés qui exigent que l’expérience soit poursuivie et perfectionnée. Pour la première fois dans la capitale, ils disent que c’est la toute première fois qu’ils sont ainsi pris en charge avec leurs familles. A l’heure actuelle, la MESP a quasiment épuisé la population des  enseignants debout et assis. L’identification de leurs personnes à charge connaît un ralentissement progressif, dû notamment au fait que leur enregistrement semble souvent motivé par un besoin immédiat d’accès aux soins de santé.

L’implantation se poursuit dans les villes et provinces

 Aux explications des responsables de la MESP qui ont expliqué certains documents et rapports provenant des provinces, on note un développement notable de cette mutuelle. Son siège national est implanté sur le site de l’Institut de la Gombe, à Kinshasa. En outre il existe aussi cinq site d’identification localisé à Kinkole, Ndjili, Lemba, Ngaliema (ITP) et au Siège à la Gombe. Une centaine de Formations sanitaires réparties en 7 groupes (réseaux) – à savoir BDOM, Armée du Salut, Réseau public (étatique), Confessionnels privés, ECC (Eglise du Christ au Congo), Réseau privé, Kimbanguiste – complétés par six structures de services externalisés, sont fréquentés par les affiliés de la Mutuelle pour leurs soins de santé à Kinshasa. Parmi les Formations médicales prestataires, conventionnées, 48 (quarante-huit) hébergent des délégués de la Mutuelle dotés d’équipements informatiques et de communication leur permettant une relation interactive avec le serveur central au siège de la Mutuelle.

La MESP a déjà atteint la ville de Lubumbashi dans le cadre de sa feuille de route qui prévoit son implantation à travers les provinces sur l’ensemble du territoire national. A cette occasion, quatre sites d’identification ont été aménagés  dans différentes communes de la Ville  au sein des établissements scolaires suivants : Ecoles primaire Chemchem dans la commune de Kamalondo ; Institut Elimu dans la commune de Rwashi ; Institut Maadibisho dans l’enceinte de l’Athénée de Katuba, commune de Katuba et Etablissement scolaire Sainte Marie dans la commune de Kenya. Par ailleurs, il est signalé seize formations sanitaires qui ont signé avec la MESP asbl des conventions de fourniture des services de soins de santé et reçoivent les affiliés de la mutuelle. Cette implantation, soulignent plusieurs responsables de cette mutuelle, est réalisée avec les moyens de bord pris sur les provisions destinées à Kinshasa. D’autres agglomérations telles que Matadi, Likasi, Mbuji-Mayi, Mbandaka, Kisangani, Kananga, Kikuit, etc sont au programme de l’extension de la MESP. Sur place, on a appris que cette détermination provient de la volonté du gouvernement, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, par l’entremise du Ministère de l’EPSP, qui tient à voir tous les enseignants bénéficier de l’action gouvernementale à  travers la MESP, en faveur de sécurité sanitaire de leurs familles.

SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*