La Monuc note une situation sécuritaire «imprévisible»

0
62

« Il y a encore dans le secteur des groupes armés qui peuvent à tout moment conduire des actions nuisibles… ». Telle est l’éclairage apporté  mercredi 26 mai 2010 par Madnodje Mounoubai, porte-parole de la Mission des Nations Unies en RD Congo(Monuc), au regard du constat d’une situation sécuritaire « imprévisible » observée dans la province du Sud-Kivu.

Pour illustrer ses propos, Madnodje Mounoubai a indiqué, au cours du point de presse hebdomadaire de la Mission dans son Quartier général, que la région de Bunyakiri continue d’être ciblée par les attaques des rebelles rwandais des FDLR. La Force de la Monuc a également intensifié sa tactique de déploiements mobiles à courte durée dans cette région. Et dans le cadre de l’opération « Amani Leo », 5 opérations conjointes ciblées ont été approuvées et seront bientôt lancées.

Mais la semaine passée, a-t-il poursuivi, la multiplication d’activités des groupes armés a également été signalée dans la région de Shabunda. Ce qui n’empêche pas les combattants désireux de déposer des armes de se rendre. Ce fut  le cas le 11 mai dernier avec quatre combattants des FDLR et 7 dépendants qui se sont rendus à la Base de la Force de la Monuc de Minembwe, et le 20 mai 2010, 2 autres combattants se sont rendus à Kalehe.

Nord-Kivu : le bilan de l’éboulement en hausse

Suite à la coulée de boue qui a frappé le 16 mai, le village de Kibiriga, en territoire de Nyiragongo, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha), le Haut-commissariat pour les réfugiés(HCR) et les autorités gouvernementales du Nord-Kivu ont visité le 22 mai  le village concerné. Selon la Division provinciale de protection civile, 2 autres corps ont été exhumés le 24 mai et à ce jour, Ocha a enregistré un bilan de 21 morts, 25 personnes portées disparues, 232 maisons détruites et 7 ha de cultures dévastées. Lors de la visite, indique-t-on, le gouverneur de la province, Julien Paluku, a formellement identifié le terrain où les sinistrés seront provisoirement relocalisés. Ce terrain est situé dans la localité de Kibumba.

Au chapitre sécuritaire, la Monuc relève que la situation demeure préoccupante : peu d’incidents armés ont été rapportés et le foyer de tension s’est déplacé de l’axe Goma-Kanyabayonga vers les régions de Walikale et du Grand Nord. De son côté, Ocha rapporte qu’au moins 177 ménages ont fui la zone de Mandelya où des affrontements entre des groupes armés avaient été signalés du 2 au 18 mai dernier. Selon une ONG locale basée à Cantine, ces ménages ont besoin de vivres, d’articles non alimentaires, d’abris ainsi que d’une assistance médicale. Au moins 37 autres ménages sont arrivés à Cantine le 19 mai suite aux pillages de Ngumo, Makenge et Kelehemya par des hommes armés. Ce qui porte à 214 le nombre de ménages déplacés dans la zone.  

Nicolas Kabemba, Francisca Kapinga &Aimée Kupa

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*