La MOE Symocel lance le plaidoyer pour la réforme des cycles électoraux

0
75

La MOE Symocel a procédé, hier mardi 22 octobre 2019, à l’hôtel Memling, au lancement du plaidoyer pour la réforme des cycles électoraux en République Démocratique du Congo. Après publication d’un rapport de ces élections avec recommandations, il a été relevé plusieurs faiblesses, qui nécessitent une réforme, a estimé Bishop Abraham Djamba Samba wa Shako, coordonnateur National.

            Pour lui, cette cérémonie était réservée à la présentation des différentes parties prenantes et contributions positives pour l’avenir de la RDC. En effet, l’observation électorale ne s’arrête pas le jour du vote et le travail pour une mission électorale doit être continuel. L’Objectif de ce plaidoyer est de rechercher, avec toutes les parties prenantes et partenaires au processus électoral, des solutions pour consolider des acquis du processus électoral.

            A cet effet, plusieurs recommandations sont faites. Il s’agit entre autres de réinstituer le scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle, élire les gouverneurs et vice-gouverneurs, sénateurs, maires et maires adjoints, chefs de secteur et chefs de secteur adjoint au suffrage direct, d’inclure dans la loi électorale des dispositions pénalisant la corruption électorale, réviser le seuil de représentativité et réduire les frais de dépôt des candidatures en vue de garantir l’égalité des chances entre partis politiques et candidats.

            Quant à l’organe de gestion des élections, il est recommandé la restructuration de la Ceni afin de garantir l’indépendance de ses membres vis-à-vis de leurs partis politiques, et renforcer sa crédibilité et son professionnalisme; de rendre les cadres de concertation opérationnels et effectifs, avec les parties prenantes, un calendrier précis des réunions de chaque cadre de concertation, en respecter la périodicité et appliquer les résolutions.

            Il est aussi recommandé l’invalidation de toutes les listes de candidats ne comportant pas au moins 30% de candidatures féminines.

            En ce qui concerne l’accès à l’information, il est recommandé l’adoption et la promulgation de la nouvelle loi fixant les modalités de l’exercice de la liberté de la presse; adopter les missions du service public des médias aux principes démocratiques ainsi que l’adoption de la loi sur l’accès à l’information publique en RDC.

            Il faut signaler que la MOE Symocel (synergie d’observation citoyenne des élections) rêve d’un grand Congo véritablement démocratique, où les élections crédibles conduisent à la paix et à la stabilité. Elle a comme domaines d’intervention l’observation électorale, l’éducation et la participation citoyenne aux processus électoraux et les réformes électorales.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •