La mission d’observation des USA rejoint le Centre Carter

0
109

 

Pendant que le rapport d’observation du Centre Carter et les déclarations du Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque métropolitain de Kinshasa, continuent de susciter un tollé de protestations dans le camp de la Majorité Présidentielle, un autre pavé vient d’être jeté dans la marre. Il porte la signature de Bruce Wharton, Adjoint au Sous Secrétaire d’Etat Américain chargé des Affaires Africaines. A en croire cet officiel du Département d’Etat, la mission d’observation américaine venue couvrir les élections présidentielle et législatives nationales du 28 novembre 2011, est arrivée aux mêmes conclusions que les observateurs du Centre Carter, à savoir que les scrutins précités n’étaient pas transparents. Par conséquent, leur crédibilité pose problème.
 
Bruce Wharton a laissé entendre, au vu des données collectées par les membres de la mission américaine, que le niveau de crédibilité des élections organisées en République Démocratique du Congo était l’un des plus bas dans les annales des processus électoraux en Afrique.
 
Certains analystes politiques pensent que la prise de position du Département d’Etat est à prendre comme un signal fort  tant par le gouvernement de Kinshasa, la CENI que la classe politique congolaise. Car, elle peut être l’expression de la remise en cause non voilée des résultats provisoires de l’élection présidentielle.
Associée au rapport préliminaire de la mission d’observation de l’Union européenne et à celui du très sérieux Centre Carter, une telle lecture des opérations électorales du 28 novembre 2011 signifie que l’on ne devrait banaliser ni les irrégularités constatées au niveau des bureaux de vote et du Centre national de compilation, ni les défaillances techniques et logistiques ayant prévalu le jour du vote, encore moins les violences post-électorales.
 
Tout ce qui s’est passé le lundi 28 novembre à Kinshasa comme dans les différentes provinces du pays et ayant concouru à la non transparence des résultats ne devrait plus être négligé tant au niveau de la justice que du management de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Visiblement, la RDC post-électorale se trouve à un tournant décisif de son histoire. De partout semblent venir des messages codés qui se font insistants sur le respect de la vérité des urnes. S’agirait-il d’un fait du hasard ? L’avenir ne tardera pas à nous le faire savoir, notamment après la décision de la Cour Suprême de Justice au terme de l’examen de la requête de Vital Kamerhe.
 
Kimp
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*