La ministre de la Justice et le HCR mettent en place une commission pour l’éradication de l’apatridie en RDC

0
51

La question de l’apatridie en République Démocratique du Congo préoccupe au plus haut point le gouvernement congolais car, le pays compte sur son sol des réfugiés. Face à cette situation, la délégation du Haut Commissariat des Réfugiés (HCR) était au cabinet de la ministre d’État, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, hier jeudi 02 septembre 2021.

     La représentante du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés, Liz Kpam Ahua, après l’entretien avec la ministre de la Justice,  a souligné qu’en sa qualité d’agence ayant pour mandat de s’occuper des réfugiés ainsi que des personnes considérées comme des apatrides. Liz Kpam Ahua souhaiterait que cette question pertinente fasse l’objet de leurs réflexions ainsi que de leurs analyses la responsable de la justice congolaise.

         Partant de cette rencontre,  les deux parties,   le ministère de la Justice ainsi que le HCR,  ont levé l’option de travailler d’arrache-pieds  sur  l’éradication de l’apatridie. « On est venu la briefer à ce sujet. On est venu aussi solliciter son soutien pour qu’on puisse ratifier  les conventions contre l’apatridie et qu’on puisse entamer le travail qui devrait aboutir effectivement à l’éradication de ce statut d’apatridie d’ici 2024. Nous sollicitons aussi l’appui de la ministre d’Etat pour l’inscription de deux lois importantes au calendrier de l’Assemblée nationale », a  fait savoir Liz Kpam Ahua à la presse.

         Elle a martelé que son institution a commencé à travailler sur ledit dossier depuis 2014. Selon elle, la ministre d’État, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese, est très préoccupée par la question et lui a demandé de travailler très rapidement pour que la République Démocratique du Congo ne soit pas un laissé-pour-compte dans l’action de l’apatridie.

         Pour gagner le pari, la ministre a ordonné qu’une commission soit mise en place pour évaluer le contenu de ces deux lois afin de les soumettre au Conseil des ministres. Hormis la mise en place de ladite commission, une feuille de route doit être élaborée afin de cibler les priorités, car, elle permettra au gouvernement congolais de relever les défis de la question relative à l’apatridie.

         Interrogée sur le nombre des réfugiés que peut compter la RDC ainsi que les personnes dites apatrides, la représentante du HCR a indiqué que sa structure n’a pas des chiffres précis parce qu’elle est en train de travailler pour arriver aux résultats. Cependant, le HCR  détient les estimations. « Mais l’important, ce n’est pas tellement le nombre. Même s’il n’y avait qu’une personne qui est apatride dans ce pays, c’est important. Nous sommes en train de travailler pour avoir le nombre exact d’apatrides et chercher les moyens de faire ce travail d’éradication», a indiqué la cheffe de la délégation.

Dorcas NSOMUE MPIA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •