La Majorité extra-parlementaire dénonce la duplicité du G7

0
52

majorité parlementaireLes partis politiques extra- parlementaires de la Majorité Présidentielle sont montés, à leur tour, au créneau, hier mardi 22 septembre 2015 au chapiteau de la Foire internationale de Kinshasa, pour condamner l’attitude affichée par les sept signataires de la lettre contre le chef de l’Etat. Au cours de ce meeting populaire, Moussa Kalema, André Atundu Liongo et compagnie ont annoncé que cette affaire qui fait couler beaucoup d’encres et de salives, est sans fondement.

En effet, pour la vingtaine des partis qui composent cette plate-forme des partis politiques, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une duplicité dans le comportement de ces réfractaires, anciens membres du Bureau politique. « Nous le condamnons avec la dernière énergie ! » a martelé Moussa Kalema.

D’ores et déjà, ils ont proclamé leur soutien aux positions du Bureau politique et salué la démarche engagée par lui avec courage et détermination. Dans le même ordre d’idée, ces partis politiques ont réaffirmé leur indéfectible attachement à la vision politique incarnée par le Chef de l’Etat et en sa personne, ainsi qu’à la charte de la Majorité Présidentielle. Ainsi, ils invitent les forces patriotiques et nationalistes qui composent la nation-Etat à se serrer les coudes et prendre l’engagement solennel avec courage, abnégation et fierté pour pérenniser la vision patriotique et démocratique imprimée par le Chef de l’Etat, depuis son avènement au sommet de l’État. « Il est l’initiateur de la Révolution de la modernité et le visionnaire de Cinq chantiers de la République ! » ont-ils rappelé à l’assistance.

Afin de joindre l’acte à la parole, les sociétaires de cette plate-forme dirigée par le député honoraire Moussa Kalema compte organiser une rencontre avec le secrétaire général de la Majorité Présidentielle, pour échanger autour de la requalification de la famille politique du président de la République, afin de poursuivre avec détermination, le chemin de l’émergence du pays.

Pour eux, à l’avenir, la majorité présidentielle requinquée doit être forte, démocratique, stable et intelligente, n’admettant ni atermoiement, ni hésitation, moins encore juxtaposition.

 

D’après Moussa Kalema, le contenu de la lettre de G7 repose sur un véritable procès d’intention autour du respect de la Constitution. Alors que, poursuit-il, le Chef de l’Etat a, à plusieurs reprises, souligné devant les membres du bureau politique élargi de la majorité présidentielle, ainsi que des deux chambres du Parlement réunies en congrès, que les dispositions constitutionnelles en la matière seront respectées.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •