La maison communale de Ngaba incendiée

0
406

Pris de colère face à ce qu’elle ont considéré comme une trahison de la part de leurs élus, les populations des communes de Ngaba et Makala s’en sont prises à la maison communale de Ngaba sur l’avenue Kianza, dans la commune qui porte le même nom. La scène macabre s’est déroulée dans la journée du mardi 20 janvier 2015. Deuxième jour des manifestations contre l’adoption du projet de la loi électorale, des documents administratifs, matériels de bureau, véhicules des particuliers trouvés sur lieu  ont été incendiés par la population en colère.

En effet, les éléments de la police n’ont pas pu faire face non seulement à la colère populaire mais aussi au rapport de force imposé par les riverains. Armées des Bâtons, pierres et autres armes blanches, ces populations en colère, comme un seul homme, se sont ruées sur les éléments de la police qui n’ont opposé aucune résistance pour vider le lieu avant de se mettre à incendier tout ce qu’elles ont rencontré sur leur passage. Les plus heureux de cette mise à sac de cette maison communale de Ngaba étaient détenus des cachots non seulement de cette municipalité mais aussi ceux des autres communes qui en ont profité pour prendre le large.

Car, c’est dans les cachots de cette mairie que  l’on regroupe bon nombre des prisonniers venus des différents sous-commissariats de la Police, dans l’attente d’être transférés à la prison centrale de Makala. Profitant de  cette impuissance des éléments de la police de défendre la maison communale de Ngaba bon nombre de Congolais et Congolaises ne sont plus en mesure de retrouver les traces de leurs documents administratifs établis dans cette municipalité. Car, nul n’est sans ignorer que malgré la révolution de la modernité que connaît actuellement la République Démocratique du Congo, l’informatisation des documents dans les mairies congolaise reste encore un projet d’avenir.

 Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •