La directrice générale  du Groupe de la BM en visite en RDC

0
59

Inspecter quelques projets-phares financés par la Banque mondiale et exécutés dans le cadre de l’Initiative pour les pays de Grands Lacs, et évaluer en même temps les progrès réalisés sur le plan de la consolidation de la paix dans la région : tels sont les deux axes principaux de la mission que la directrice générale du Groupe de la Banque mondiale, Sri Mulyani Indrawati, va effectuer du 10 au 12 mai 2015 en RDC.

A l’agenda de cette visite, on signale que la directrice générale du Groupe mondiale avec sa délégation, aura ce matin, des entretiens avec le président de la République, Joseph Kabila, à qui elle exposera le programme de sa visite, ainsi que ses préoccupations dans la droite ligne de sa mission dans la région.

L’on sait que Sri Mulyani Indrawati en profitera pour souligner la détermination de son institution de voir la région de Grands Lacs totalement pacifiée, connaître enfin une ère de développement dont les bénéfices pourront rejaillir d’abord sur le bien-être des populations de tous les pays de la région, et plus tard, sur l’ensemble du continent. Car, avec des acquis comme un taux de croissance fort élevé enregistré depuis quelques années, l’Afrique, réservoir de principales matières premières devrait plus s’atteler à son plan de développement, que se consacrer à la résolution de ses nombreux conflits armés récurrents.

C’est de la paix et de la relance des projets de développement des infrastructures qu’il sera également question au menu des entretiens entre le président congolais et son hôte.

La directrice générale du Groupe de la Banque mondiale aura ensuite dans la journée, des discussions avec le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, sur les perspectives à long terme du développement de la RDC, et particulièrement sur la mise en œuvre de nombreux projets du gouvernement congolais financés par son groupe.

Entre autres projets, on peut épingler celui du Barrage d’Inga, ainsi que les travaux de réhabilitation de l’aéroport de Goma.

A l’Est de la RDC, Sri Mulyani visitera l’Hôpital Heal Africa, spécialisé dans le traitement et l’accompagnement psychologique des victimes des violences sexuelles, sous la conduite des responsables du Projet d’urgence relatif à la violence sexuelle et basée sur le genre et la santé des femmes ( PUVSBG).

Un projet qui a attiré de nombreux partenaires soucieux de se greffer aux efforts entrepris par la Banque mondiale et dont on dit que la somme a permis de redonner aux femmes, leur dignité et l’espoir de reprendre la vie avec sérénité. Dans le cadre des infrastructures scolaires, elle visitera l’école primaire HERI ciblée par son groupe dans le cadre du Projet de stabilisation de l’Est de la RDC pour la paix ( STEP).

L’occasion sera donnée à Sri Mulyani Indrawati d’évaluer les multiples défis qui restent à relever, surtout que pour accompagner les efforts de la RDC à réaliser son ambition de devenir un pays émergent à l’horizon 2030, cette dernière démocratique a énormément besoin du soutien de la Banque mondiale.

On croit savoir que de ces échanges, la directrice générale du Groupe de la Banque mondiale et Augustin Matata Ponyo, baliseront la voie pour la poursuite de la coopération entre cette institution de Bretton Woods et le gouvernement de la RDC.

            Dans l’après-midi, Sri Mulyani Indrawati effectuera une visite du nouveau tribunal de commerce de Kinshasa-Gombe dont les travaux de construction sont financés dans le cadre du Projet compétitivité et amélioration du climat des affaires.

Cette première mission d’inspection et d’évaluation s’inscrit dans le cadre de l’Initiative pour les pays de Grands Lacs, une palette de projets financés à hauteur d’un milliard de dollars, lancée en mai 2013, par le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, et le secrétaire général de l’ONU Ban ki-Moon, lors de leur visite conjointe dans la région.

            C’est ici l’occasion de signaler que les interventions de la Banque mondiale en RDC, sur un portefeuille de 25 projets en cours d’exécution, se situent à 3,5 milliards de dollars, auxquels il faut ajouter deux projets régionaux financés à hauteur d’un milliard de dollars. Ce niveau d’engagement, comme on peut le constater, place la Banque mondiale à la tête de tous les partenaires techniques et financiers de la RDC.

J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •