La dépouille mortelle de Lutumba Simaro Masiya à Kinshasa ce mardi

0
154

Décédé le 30 mars dernier en Europe, le corps de l’artiste musicien Lutumba Ndomanueno,  affectueusement appelé « Simarro Masiya » arrive ce matin à Kinshasa. Un dispositif sécuritaire a été mis en place par les services de la Police Nationale pour assurer la protection du cortège funèbre et d’autres amis et connaissances, mélomanes et personnalités du monde musical et artistique provenant du monde entier venus rendre un dernier hommage à ce monument de la musique africaine.  

            Kinshasa se prépare à réserver un accueil émouvant à cet homme qui a consacré sa vie à produire des œuvres de haute facture. Les rues, avenues, boulevards et autres passages seront bondés à partir de l’aéroport international de Ndjili jusqu’aux lieux réservés aux obsèques grandioses comme Kinshasa sait le faire pour tous ses fils et filles célèbres et dont les noms ont traversé monts, océans, continents, vallées, fleuves, rivières.

Avenue Isangi en ébullition

            Dès l’annonce de son décès, des avenues et places fortes avaient été envahies par des foules nombreuses. L’avenue Isangi, dans la commune de Lingwala, où le défunt a résidé avec sa famille jusqu’à sa mort, est devenue un lieu des festivités populaires. Cette avenue devenue célèbre envahie par des ligablos, des étalages des boissons sucrées et alcooliques ainsi que des victuailles de viandes grillées, poissons salés, grillés au makala,  chikwangue, bananes et autres mets congolais comme on en trouve souvent à travers les rues et avenues lors des manifestations festives et funéraires.

Kermesse populaire à la Place « Kamina » à Yolo :

            Mme Jeanne Mbole, connue comme sa seconde femme, a aussi été envahie par ceux des Congolais qui tenaient à partager leur peine avec la famille éplorée. La rue où est située la résidence privée de cette dame est envahie depuis lors. Et comme d’habitude, dans une ambiance de fête populaire caractérisée par des danses folkloriques, modernes chaque soir. Les vendeuses des poulets grillés, des arachides, de la viande grillée, du poisson salé, des bananes plantains frites, ont réalisé des bonnes affaires depuis le 30 mars. Pendant que des sœurs et frères, amis et connaissances défilent chez celle qu’on appelle affectueusement « Ma Jeanne ».

            Outre les badauds et visiteurs, le terrain dit « Kamina » sert de cadre pour une véritable kermesse animée par d’innombrables orchestres des jeunes. Une grande kermesse populaire improvisée tant à Yolo que sur l’avenue Isangi à Lingwala. Cette ambiance de kermesse va se reproduire même durant les obsèques nationales qui lui seront réservées à l’esplanade du Palais du peuple où l’on attend de nombreuses hautes personnalités politiques en provenance du monde entier. C’est un baobab artistique qui a  quitté la terre des hommes.     

F.M.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •