La Croix-Rouge de la RDC se bat pour son indépendance financière

0
155

La Croix Rouge de la RDC a soufflé sur ses 50 bougies d’anniversaire hier mardi premier mars 2011.  Cet anniversaire  a été célébré dans la matinée  au Grand Hôtel Kinshasa en présence des ministres  Victor Makwenge  de la Santé et Ferdinand Kambere des Affaires Sociales, de l’ambassadeur d’Iran en RDC, des cadres de la Croix Rouge de la RDC et d’autres invités.

La vedette en herbe Mambu Mambu a égayé l’assistance en interprétant une chanson retraçant l’historique des volontaires congolais depuis l’époque léopoldienne jusqu’à nos jours. L’intéressé a même énuméré  les noms  de principaux animateurs de la Croix-Rouge depuis 1888 jusqu’aujourd’hui.
Peu avant  cet ’intermède musical , le président de la CRRDC a pris la parole pour rappeler l’engagement pris par les volontaires congolais le 1er mars 1961 pour  soulager  les  populations vulnérables. Et d’indiquer que le décret loi relatif à la reconnaissance de la CRRDC avait été signé par Joseph Kasa- Vubu.  «Cet acte fait de notre asbl  un auxiliaire du gouvernement congolais, a-t-il déclaré.

    C’est en 1888 qu’est née la Croix Rouge. A l’époque, elle évoluait sous l’appellation d’Association Congolaise et Africaine de la Croix Rouge « ACA ».  Elle  est devenue plus tard la Croix Rouge du Congo, section de la Croix Rouge de Belgique. En mars 1961, la CRRDC a alors vu le jour, a précisé Dominique Lutula.

    S’adressant aux volontaires, il les a félicités pour avoir accompli avec bravoure  leur tâche depuis 50 ans.

Il  est revenu sur les établissements hospitaliers construits par la Croix Rouge de l’époque coloniale. Il s’agit de la clinique Danoise,  de Boma, de la Pédiatrie de Kalembelembe, de  la léproserie  de Pawu en Province Orientale….

    Il a évoqué ensuite les différents coins du pays ( Kikwit pour les premiers soins aux victimes d’Ebola,  Goma dans le cadre de la prévention des risques d’éruption volcanique, Kolwezi lors des invasions des rebelles, l’assistance aux victimes de la tragédie de Sange….) où les volontaires congolais se sont acquittés de leurs obligations. Il a précisé que juste après l’indépendance du Congo, la CRRDC a été présente dans les différents «  fronts » où sa présence l’exigeait.

    Le numéro un de la CRRDC a rappelé qu’ils se sont engagés aussi dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets de développement communautaire en collaboration avec leurs  partenaires, à savoir le gouvernement congolais, la Fédération Internationale de la Croix Rouge…

 

Réduire la dépendance vis-à-vis des partenaires

 

    En plus de son allocution, Dominique Lutula a répondu à quelques préoccupations des journalistes, qui ont voulu en savoir  plus sur les principales priorités de la CRRDC pour le prochain cinquantenaire, le nombre exact des volontaires et secouristes congolais, la politique menée pour encadrer la jeunesse….

    «D’ici 2020, nous devons être en mesure d’apporter notre appui financier et notre expertise aux sociétés sœurs en difficulté. On s’organise aussi pour réduire dans un avenir proche notre dépendance financière vis-à-vis de nos partenaires. Par ailleurs, en novembre 2010, on a compté plus de 159000 volontaires et secouristes

Connu pour sa sobriété, Victor Makwenge n’a pas été prolixe hier.

    Le patron de la Santé en RDC a fait savoir d’emblée que le cinquantenaire de la CRRDC est une occasion lui est offerte de dresser le bilan de la CRRDC.  Pendant 50 ans, a-t-il souligné, les volontaires congolais ont apporté leur secours aux populations en détresse. Naturellement, ils ont bénéficié de l’appui de leurs partenaires traditionnels.  Les ouailles d’Henri Dunant sont déterminées à poursuivre  leur mission d’auxiliaires du gouvernement congolais, a-t-il déclaré..

    Enfin, il a assuré ses hôtes de la volonté du gouvernement de les appuyer dans le cadre de la lutte enclenchée contre les auteurs des abus de l’emblème de la Croix Rouge dans notre pays.

         Jean- Pierre Nkutu

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*