La crise humanitaire ne cesse de s’aggraver dans l’Est de la RDC

0
44

Les massacres des populations continuent dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu et dans le Masisi au Nord- Kivu. Citant l’UNICEF, un communiqué de presse d’OCHA daté du 16 mai 2012 rapporte qu’au Nord- Kivu, deux enfants ont été brûlés vifs le 9 mai 2012 dans leur maison à Tanzanya, dans le groupement de Ufamandu, par des hommes armés, présumés appartenir aux Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Depuis le début du mois de mai, plus d’une cinquantaine de personnes dont des déplacés ont été tuées par des FDLR dans le territoire de Kalehe qui abrite 35% des 856.000 personnes déplacées au Sud-Kivu. Plusieurs maisons ont également été incendiées. Les FDLR soupçonnent les habitants de collaborer avec le groupe armé Raïa Mutomboki.  Les personnes déplacées sont contraintes de se cacher dans la forêt ou trouver un abri dans les camps ou les familles d’accueil. 
Dans le territoire de Shabunda, une cinquantaine de personnes ont été enlevées à l’Est par des Mayi-Mayi avant d’être relâchées quatre jours plus tard, tandis que dans le territoire de Fizi, une dizaine de personnes ont été tuées par balle par des éléments armés. 
Cette reprise des hostilités a poussé la population à se déplacer. Cette situation a mis la communauté humanitaire dans l’incapacité d’intervenir.
Rappelons que le nombre des personnes déplacées internes en Rd Congo a dépassé les 2 millions au 31 mars 2012. Ces mouvements des populations pour des raisons de sûreté ou d’assistance ont eu lieu principalement dans les provinces du Nord et du Sud Kivu. Ces déplacements sont consécutifs aux récentes opérations militaires contre les groupes armés dans ces deux provinces, aux représailles des groupes armés contre des civils, et aux violations des droits humains par toutes les parties impliquées dans le conflit.
Selon le communiqué d’OCHA, les acteurs humanitaires sont confrontés à de sérieuses difficultés pour atteindre les personnes déplacées internes. Ce qui justifie l’appel du coordonnateur humanitaire Fidèle Sarassoro aux belligérants pour avoir un accès illimité aux personnes vulnérables.
 
Christelle Yesalaso Nzumba (Stg/IFASIC)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*