La Cité Verte et la Cité Mama Mobutu privées d’eau

0
467

Cela fait bientôt une semaine que les robinets des habitations de  ces deux quartier, situé l’un dans la commune de Selembao et l’autre  dans la commune de Mont Ngafula, sont à sec. Sans une  explication valable  de la part de la Regideso, la desserte en eau potable s’est brusquement  arrêtée dans la matinée du   lundi 3 Août 2015 sans que les habitants ne sachent pourquoi.  Croyant à un délestage occasionnel auquel ils sont habitués et sûr que la desserte sera rétablie, les habitants ont vite fait de recourir à l’eau  stockée  dans les différents récipients comme ils en  ont l’habitude.  Car,  il arrive  généralement que les robinets ne coulent pas pendant un ou deux jours,  pour raison des travaux techniques et de maintenance  au niveau de la station de captage et de pompage situé sur la rivière Lukaya.

  Malheureusement,  cette attente qui n’aurait dû être que de courte durée  ne fait que se prolonger au grand dam de nombreuses  familles qui ne savent plus quoi faire pour se procurer le liquide vital.

Conséquence de cette mésaventure dont la fin du clavaire n’est pas encore connue, c’est désormais le système « D » qui bat son plein, les vaisselles s’accumulent et les habits sales. Et au niveau de l’hygiène tant corporelle que de toilettes c’est difficile. Aller  au travail pour la plupart des résidents qui travaillent tous en ville, ce  pas facile de trouver une goutte d’eau le matin, il faut parfois attendre plusieurs heures le retour de ceux qui sont partis à la chasse d’eau ne reviennent pour s’apprêter.  Chaque habitant fait de son mieux pour aller  puiser de  l’eau là où elle coule encore. Tous les matins, depuis une semaine  c’est un ballet sans  fin et incessant des personnes, adultes comme enfants  qui descendent du côté de la Cité Pumbu ou du côté du camp Dumez où même plus loin pour chercher ce breuvage source de vie pour ceux de la Cité Mama Mobutu. Alors que les habitants de la Cité verte traversent  du côté du Camp Badiadingi ou au quartier Lunda  en contre-bas pour s’approvisionner en eau.

          Ne sachant plus quoi faire, les habitants sont prêts à se faire entendre auprès de la Regideso.

VAN

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •