La cause de la Congolaise portée à la tribune de l’ONU

0
69

inagozi_genevieveLa ministre congolaise du Genre, de la Famille et de l’Enfant, Géneviève Inagosi,  a pris part à la 58ème session de la Commission des Nations-Unies sur la condition de la, où elle a, entre autres, porté haut la voix de la femme congolaise sur fond d’un plaidoyer de mobilisation des décideurs internationaux en faveur de ses concitoyennes.

 Intervenant à la tribune de ces assises, elle a fait part de l’expérience de la RD Congo en matière de défense et de promotion de la femme. Dans son intervention, elle a rappelé que la femme et la fille congolaises continuent d’être victimes des atrocités et des violences de tous genres. Aussi a-t-elle lancé un vibrant appel à la mobilisation de tous les Etats réunis à New York pour que la paix durable s’instaura en RD Congo.

Occasion aussi pour elle d’étaler la série d’avancées accumulées par la RDC en matière de protection de la femme et de l’enfant, elle a souligné à l’assistance que la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim demeurait une « préoccupation » pour le gouvernement.

Concernant la réduction de la mortalité infantile, Geneviève Inagosi a fait savoir que la RD Congo a accru ses efforts, notamment en matière de vaccination avec une performance avérée. Le taux de vaccination des enfants de 12 à 23 mois est passé de 30,6% en 2007 à 78% en 2012. Quant à l’amélioration de la santé maternelle, le taux de la mortalité maternelle demeure encore élevé, la consultation prénatale a connu une progression entre 1998 et 2010, passant de 67,2% à 87%.

S’agissant de l’objectif relatif à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, elle a fait remarquer que quelques défis demeurent parmi lesquels, la représentation dans les instances de prise de décision. C’est pour ce faire que le gouvernement de la République reste déterminé à donner à la femme la place qui lui revient en vue du développement du pays.

La détermination du gouvernement est telle que le Chef de l’Etat a décidé de nommer son représentant personnel chargé du suivi de la question des violences sexuelles et des enfants confrontés aux conflits armés. A cela s’est ajoutée la création des sièges électoraux supplémentaires dont la compétition sera réservée exclusivement aux femmes. Des femmes ont été promues au rang des officiers généraux au sein des Forces armées et de la Police nationale. Le projet de révision du Code de la famille, vieux d’une trentaine d’années, s’inscrit aussi dans ce cadre.

Créée par la Résolution 11 du Conseil du 21 juin 1946, la Commission des Nations unies sur la condition de la femme est le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes. La rencontre annuelle qui se tient au siège de l’ONU à New York permet aux Etats membres des Nations unies d’évaluer les progrès réalisés par chaque Etat dans la mise en œuvre des engagements internationaux en faveur de la femme ainsi que les défis qui restent à relever.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*