Kyungu et Muyambo prêts à défier les «sorciers»

0
84

Après le passage du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi  Tshilombo, par le grand Katanga, où il a communié avec la population de la province du Lualaba, principalement celle de Kolwezi, le jeudi 13 mai 2021, le patriarche de cette contrée n’est pas rester silencieux. C’est dans ce cadre que le patriarche du grand Katanga, Kyungu Wa Kumwanza a décidé de poursuivre la communication avec la population lushoise, au  travers un meeting tenu le dimanche 16 mai 2021, au siège de l’Union Nationale des Démocrates Fédéralises.

         Devant la foule, le patriarche Kyungu Wa Kumwanza a  dans son mot de circonstance  rappelé à l’assistance les caractéristiques d’un ‘’Sorcier’’. Il a renchéri que celui qui hait son frère, est ‘’sorcier’’.

            Après son intervention, il a passé la parole au bâtonnier Muyambo. Prenant la parole, le bâtonnier Jean Claude Muyambo a fait savoir à l’assistance que cette rencontre est une initiative du patriarche Kyungu Wa Kumwanza. Il les a réveillés la nuit, raison pour laquelle, il s’est présenté.

 «Jambo Yenu», «Bonjour à vous» qui suis-je ? Réponse de l’assistance  «Bulldosaire».  Il a insisté sur un seul point, celui de s’interroger pour savoir, qui sont réellement  les sorciers ou le sorcier ?..

         Partant de cette question, le bâtonnier Muyambo a invité les Katangais à une réflexion, celle de se souvenir de ceux qui ont détruit le pays d’une part mais aussi de ceux qui ont appauvri la province du grand Katanga.  C’était une rencontre d’éveil de la conscience de la population katangaise, du rappel à l’ordre de la situation globale de cette partie du pays malgré qu’elle est riche en minerais mais la pauvreté ne cesse d’être monnaie courante.

         Au cours de ce meeting, Jean Claude Muambo aux côtés du patriarche a eu une conversation directe, une interaction avec les lushois en jeu des questions réponses.

   Jean Claude Muambo  leur a posé la quesion de savoir  qui avaient l’habitude d’enfermer le patriarche, Kyungu. Une seule réponse : des sorciers. Qui vous arrêtaient?, Réponse, les sorciers.

               A l’époque, lorsqu’on émettait un point de vue, le

rendez-vous était?. Réponse : la prison. Il a poursuivi en soulignant qu’aujourd’hui, avec le président Félix Antoine Tshisekedi, c’est l’Etat de droit qui prime. Il a accordé la liberté aux citoyens. A vous de choisir la voie à suivre. Même quant nous voulons faire des marches, il y a aucun empêchement. Même quant on refuse, on finit par les autoriser avec comme remède encadrer les manifestants, a martelé le bâtonnier.

         Il a poursuivi son intervention en révélant les points qui blessent l’ensemble du Katanga : « Ce qui fait mal, c’est le faite que nos minerais sont exportés à l’état brut et d’ailleurs même les sables. ‘’Papa, ils prennent même les sables pour vendre en Chine. Est-ce normal ? ».

    Que je parle?, Que je puisse foncer?. Qui ont mis en faillite la Snel et la Regideso?. Une seule réponse, les sorciers…’’ Avez-vous l’eau ou le courant ?. Réponse ‘’Non’’,   Jean-Claude Muyambo a fini par conclure qu’il faudrait laisser le chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, arrangé les choses.

    Tout ce qu’ils  avaient fait. C’était injurier et humilier les gens.

Comme il avait dit lui-même, qu’il détient le dictionnaire des touches et injures, pour ce faire, nous allons  nous donner à leur jeu, a rappelé Jean Claude Muyambo aux sorciers.

           « A présent, moi, je veux dire à Papa de ne pas encore se chamailler avec eux. Nous, nous allons les prendre en charge. Dès qu’ils osent parler, nous nous allons venir pour les repousser. S’ils veulent que nous puissions à tout moment, nous chamailler, nous sommes prêts » a souligné le bâtonnier Muyambo.

            Jean Claude Muyambo a  terminé son intervention en rappelant que toutes les concessions minières du Kolwezi jusque Mushasha appartiennent aux sorciers. Par là, il a posé quelques questions à l’assistance afin de leur faire comprendre la nécessité de prendre désormais les choses en mains afin de garantir l’avenir de différentes provinces constituant le grand Katanga. Malgré les différents sites miniers, Est-ce que vous, vous avez le travail ?

Est-ce que  les emplois sont-ils accessibles aux katangais? A ces questions, la population a répondu, ‘’non’’. L’autre question était  celle de savoir, qui ont le travail?, Qui sont en train de voler dans ce pays?, Réponse : ce sont les sorciers.

          Bref, Jean Claude Muyambo  a invité les  Katangais en particulier et congolais en général à prendre leurs responsabilités afin de reconstruire le pays.

Dorcas NSOMUE MPIA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •