Kongo Central : FATSHIVIT insiste sur la vérité des urnes

0
214

Après le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, le Grand Kasaï, le Grand Katanga, le
ticket gagnant Fatshivit a bouclé l’étape du Kongo Central hier mardi
par la ville de Boma, chef-lieu du district du Bas-Fleuve. Aucune
contrée n’a refusé sa solidarité ou mieux son adhésion à l’équipe de
campagne de la coalition CACH (Cap pour le Changement). Partout où
elle est passée, c’était des bains de foule indescriptible. Et à la
différence de ceux qui se livrent au truquage d’images, celles des
foules du CACH sont retransmises en direct par équipes des
journalistes qui l’accompagnent.
Entamée le lundi 17 décembre par route, l’étape de la province du
Kongo Central a été bouclée hier mardi par la ville de Boma. Après des
excuses présentées à leurs bases de Kasangulu, Madimba, Mbanza-Ngungu,
Lukala, Kisantu auxquelles ils n’ont pu parler, faute de temps,  Félix
Tshisekedi et Vital Kamerhe ont communié avec leur base à trois
endroits à savoir : la cité de Kimpese, la capitale provinciale
Matadi, et la ville de Boma.
Hormis la présentation succincte des grands axes de son programme de
gouvernance en cas de victoire pour laquelle CACH se veut plus que
jamais convaincu au regard de ses succès sur le terrain, on a noté une
particularité dans le message livré dans cette province côtière, porte
d’entrée maritime du pays. Il s’agit du rappel, à l’endroit de la
Commission électorale nationale indépendante (Ceni) en sa qualité de
pouvoir organisateur, de l’obligation de ne proclamer que la vérité
des urnes.
Fort de ses succès sur le terrain par l’adhésion sûre et certaine de
ses nombreux militants à travers les différentes bases de l’UDPS et
UNC, CACH est convaincu que sans tripatouillage des résultats sa
victoire reste certaine. Surtout CACH ne voit par quelle magie le
candidat du pouvoir sortant pourrait faire pour l’emporter ! Il fonde
ses convictions sur la révolte des Congolais partout à travers le pays
contre à la situation d’insécurité et de misère dans laquelle le
pouvoir les a plongés.

Genève : c’était une escroquerie politique
S’adressant aux Matadiens puis Bomatraciens venus nombreux écouter le
message du changement, Félix Tshisekedi a tenu à expliquer brièvement
à ses partisans les raisons ayant milité au retrait de sa signature
ainsi que celle de Vital Kamerhe, aujourd’hui son directeur de
campagne, de l’accord de Genève entre sept leaders de l’opposition.
«On n’avait pas la même vision des choses ou on ne regardait pas dans
la même direction. Les uns ne voulaient pas des élections. Raison pour
laquelle les tenants de cette thèse tenaient au boycott. Pendant que
moi et Vital, tenant compte de la situation du pays et des manœuvres
du pouvoir à ne pas organiser des élections pour continuer à se
maintenir, nous n’avons pas partagé cette option. Pour nous, il y
avait nécessité d’aller aux élections afin de donner au peuple la
chance d’obtenir le changement tant recherché», a-t-il indiqué.
Puis, il a invité le peuple Ne Kongo à se mobiliser nombreux le
dimanche 23 décembre dans les bureaux de voter pour exprimer leurs
voix dans les urnes et matérialiser ainsi le changement souhaité.
Parlant particulièrement de la province, il a fustigé l’asphyxie que
connaissent ses entreprises de production dont les activités de la
plupart à l’arrêt depuis belle lurette. Le candidat n° 20 a aussi
stigmatisé le manque de transparence dans la gestion des recettes
générées par les grands ports que regorge la province. Idem en ce qui
concerne les recettes pétrolières.
Face à la situation, il a pris l’engagement de s’impliquer une fois
élu pour assurer la relance du tissu économique, la seule façon de
lutter contre la pauvreté qui sévit dans le Kongo Central comme
partout sur l’ensemble du pays.
A Kimpese, Matadi et Boma, il a eu le même message. Celui d’espoir
pour l’avenir, car le pays est condamné à se relever. Et pour cela, il
faut que le peuple prenne ses responsabilités en levant l’option de
porter son choix sur des dirigeants qui ont l’amour de la patrie et
son peuple, et capables de changer les choses dans le sens de donner
satisfaction à toute la population.
Ce matin, le CACH se lancera à la conquête du Grand Equateur, jeudi
celle du Grand Bandundu pour boucler par la capitale Kinshasa par un
meeting de clôture de campagne à un endroit qui reste à déterminer.
Car, le candidat du FCC Emmanuel Shadari sera au stade des Martyrs.
Quant à Martin Fayulu de Lamuka l’un des trois poids lourds qui ont
sillonné le pays, on lui a refusé le stade Tata Raphaël. Pourtant
l’acte de paiement était déjà conclu.
Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •