Kintambo à la merci des hors-la-loi

0
64

Il ne se passe plus une nuit dans la Commune de Kintambo sans que l’on ne déplore une attaque perpétrée sur des paisibles passants et même des habitants devant leurs maisons par des jeunes gens communément appelés « Kuluna ». Au-delà de 22 heures, il est dangereux de se promener à travers cette commune qui est comme par hasard située non loin du Mont Ngaliema jadis résidence officielle de deux premiers chefs d’Etat du pays. Depuis quelques temps, ces voyous ont pris l’habitude d’opérer au vu et au su de tout le monde et cela, avant minuit. Dans la nuit de mardi dernier, une horde de ces voyous  évaluée à une dizaine apparemment drogués ou sous les effets de l’alcool appelé « Supu na Tolo ou Nzela mukuse » ont mis l’avenue Kwamouth à feu et à sang. Ils ont tout cassé sur leur passage, boutiques, maisons de vente des cartes de téléphonie cellulaire, bars de fortune appelés « Nganda », restaurants de fortune appelés « Malewa », tables des vendeuses des pains, etc. Ils sont venus en courant et brandissant des armes blanches tels les machettes, couteaux, chaînes de vélo, gourdins et ils se sont rués sur ces maisons de petit commerce très florissantes la nuit tombée en emportant ce qui se trouvait à leur portée et en blessant au passage ceux des paisibles gens se trouvant par hasard sur leur chemin et qui ont essayé de leur résister.

On déplore de nombreux blessés graves ainsi que des pertes en biens, notamment des vivres frais et secs, des recettes en monnaie étrangères raflées dans des maisons de change et de vente des cartes de téléphonie cellulaire, etc. Dieu merci, jusque là, l’on n’a pas encore déploré des morts mais au cachot de la Police Communale de Kintambo, certains « Kuluna » appréhendés sont en train de regretter leurs forfaits macabres. Parmi eux, le nommé « NONI », une figure très connue dans cette commune où il est né il y a une vingtaine d’années et qui est reconnu coupable des coups et blessures sur la personne d’un autre jeune gars dénommé Serge dont les traces d’une plaie béante sur le crane sont visibles et laissent croire que les coups lui assénés doivent provenir d’une arme blanche.

Le nommé « JAVA », pharmacien de son état a eu plus de chance. Vers 23 h 30, revenant de son officine située sur l’avenue Nselo et arrivé à quelques mètres de son domicile sur l’avenue Kwamouth, il a été appréhendé par un homme caché dans ce que l’on appelle « Tunnel » qui le sommait de s’arrêter s’il tenait encore à vivre. C’est lorsqu’il a vu cet homme foncer vers lui, que Java a pris ses jambes au cou et le voyou l’a alors poursuivi jusque dans sa parcelle. C’est grâce aux jeunes gens habitant dans la parcelle que Java a échappé à la furie de ce voyou qui, une fois maîtrisé, s’est fondu en explications tout aussi fallacieuses que fantaisistes pour ne pas être molesté et livré à la police communale. Chose assez curieuse, ce voyou habite sur la même avenue et doit connaître Java. Alerté, son père est venu présenter ses excuses en implorant l’indulgence de Java pour ne pas faire appel aux éléments de la police, promettant de corriger son rejeton.

Quant à Noni et les autres voyous détenus au cachot de la Police communale de Kintambo, l’on rapporte qu’ils ont promis de prendre en charge les frais de santé du malheureux  Serge. On précise que tous les Kuluna appréhendés et expédiés au Parquet de grande Instance n’y font qu’un tour car, on les retrouve quelques jours après en train de se moquer de leurs victimes. D’où la question de savoir comment mettre fin à ces actes de vandalisme en pleine capitale si les services du Parquet ne coopèrent pas efficacement avec ceux de la Police.  

K.K.NT                             

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*