Kinshasa: le prix du litre d’essence passe de 2.240 fc à 1980 fc

0
103

Après des negociations ardues avec les pétroliers, le gouvernement la République Démocratique du Congo a réussi à obtenir une réduction des prix de vente des produits pétroliers de plus ou moins 11%.

            Ainsi, le prix du litre de l’essence passe de 2.240 Fc  à 1.980 Fc, applicable dès la signature de l’arrêté de la ministre de l’Economie Nationale, indique le compte-rendu du Conseil des ministres tenu le lundi 4 mai dernier, en vidéoconférence.

            Pour la province de l’ex-Katanga, le prix du litre d’essence va se négocier à 1500 FC.

            «A la suite de la tendance à la baisse très prononcée des prix des fournisseurs des produits pétroliers depuis l’avènement de la pandémie COVID-19, les discussions ont été engagées avec les professionnels pétroliers ainsi que tous les ministères sectoriels impliqués en vue de la révision des prix », rappelle le document.

            Selon la ministère de l’Economie,  cette baisse intervient après 5 ans , depuis le 23 juillet 2015. La réduction était de 6℅, soit de 1440fc à 1350fc.

            Il sied de noter qu’il y a quelques  jours, le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, avait réuni quelques ministres dont celle de l’Economie, Acacia Bandubola,  pour discuter de la structure des prix du pétrole. De ces échanges, le gouvernement a réussi à obtenir la réduction du prix des carburants qui sera effective avec l’arrêté de la ministre de l’Economie.

            Notons que les prix des produits pétroliers sur le marché mondial ont connu une baisse générale  et sensible suite à la pandémie du Coronavirus. Dans le souci de justice et d’équité, et afin d’alléger tant soit peu la charge des porte monnaies des consommateurs congolais, la ministre de l’Economie, Acacia BANDUBOLA,  sur instruction du Premier Ministre, avait initié des consultations avec les pétroliers  dans le but de revoir la structure des prix pour que celle-ci reflète la réalité des prix mondiaux.

            Dans un premier temps,  les membres de la GPDPP (Groupe de Producteurs et distributeurs des produits pétroliers) semblaient résister car selon eux,  la révision de la structure de prix dans le sens de la baisse était inopportune, car  étant circonstancielle.

            C’est après plusieurs négociations qu’un consensus et finalement été trouvé.

P.D

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •