Kinshasa : le marché d’Itaga déjà ouvert

0
66

Etabli dans une concession d’une superficie de 300 m2, le marché d’Itaga, un palliatif au Marché Central de Kinshasa, est opérationnel depuis le lundi 8 juin 2020, dans la commune de Kinshasa. Sa spécialité est la vente des bijoux en or et « fantaisies », des postiches pour femmes dénommées « cabelo », des sacs à main pour dames, des pagnes, entre autres les wax et super wax, etc.

         Ce nouveau centre de négoce aménagé par l’Hôtel de Ville de Kinshasa, est doté de 850 tables, deux dépôts, des boutiques, des installations sanitaires, etc. Il y a aussi un service de gardiennage qui travaille en collaboration avec la Police nationale congolaise, pour la sécurité des personnes et de leurs biens. Ses heures d’ouverture et de fermeture se situent entre 6 heures à 16 heures. 

         C’est le gouverneur de la ville de Kinshasa en personne, Gentiny Ngobila Mbaka, en présence de quelques membres de l’exécutif provincial et du bourgmestre de la commune de Kinshasa, qui l’a inauguré officiellement. L’autorité urbaine a rappelé à l’opinion kinoise que le Marché Central étant fermé pour cause des travaux de réhabilitation, il ne pourra être rouvert qu’à la fin de ceux-ci. Et d’ajouter qu’il est important pour une ville comme Kinshasa d’avoir un Marché central moderne, répondant aux standards internationaux, comme c’est le cas dans plusieurs pays.

          Aux vendeuses et vendeurs de ce nouveau marché venus nombreux pour la circonstance, il a rappelé le respect des mesures sanitaires, notamment les gestes barrières, en rapport avec la pandémie du coronavirus.

         Pour leur part, ils ont remercié l’autorité urbaine d’avoir répondu urgemment à leurs doléances, en les plaçant gracieusement dans ce site pour reprendre leurs activités commerciales, bloquées depuis la fermeture du Marché Central.  Séance tenante, le service d’assainissement de la ville a procédé à la désinfection des lieux, à la satisfaction de leurs futurs occupants et des populations environnantes.

         Poursuivant son itinérance, le gouverneur de la ville de Kinshasa s’est rendu au marché  Somba Zigida, sur l’avenue Dima, toujours dans la commune de Kinshasa, où il a lancé les travaux de réhabilitation de cette chaussée, longue de 700m avec 7,8 m de largeur, reliant les avenues Luambo Makiadi (ex-Bokassa) et Kasa-Vubu. Lesdits travaux sont exécutés grâce à l’appui financier de l’un des partenaires de la ville, à savoir la société SOKIN, dont le responsable n’est personne d’autre qu’Abed Achour, qui a choisi d’accompagner le gouvernement provincial dans son programme d’assainissement de la capitale. A cette occasion, le plan d’aménagement lui a été présenté dans les détails. Selon, les ingénieurs de l’entreprise de construction qui a arraché ce marché, les travaux sur cette artère s’effectueront en 3 phases de 235 m chacune. Il sera aussi question d’aménager sur les deux bords de la route.

          Le premier citoyen de la ville de Kinshasa s’est déporté avec le marché « Type K », dans le même périmètre, pour voir de visu le site où les vendeuses et vendeurs étalent leurs marchandises, dans une crasse extrême. Sur place, il a décrété l’urgence d’évacuer toute la population marchande afin de procéder à l’assainissement de ce lieu de négoce.

         De là, il a fait le déplacement du terrain de l’ex-Ecole de Kabinda, contigu à l’avenue Kapanga, où des travaux d’aménagement se poursuivent pour la création d’un énième marché provisoire qui accueillera des commerçants du Marché central spécialisés dans la vente des friperies (tombola buaka). 

         Le chef de l’exécutif provincial a clôturé son itinérance au marché Gambela, dans la commune de Kasa-Vubu, où il s’est rendu compte de la dégradation fort avancée de l’avenue Gambela, qui nécessite des travaux en urgence pour la circulation des personnes et des biens.

         Comme message de circonstance, il a assuré les administrateurs gérants que le marché Gambela est inscrit dans le programme de réhabilitation des marchés urbains. Sa modernisation devrait permettre aux vendeuses et vendeurs qui étalent leurs marchandises sur l’avenue Ethiopie d’être recasés à l’intérieur.

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •