Kinshasa : chasse aux nids de poule avec « Reparoute »

0
229

L’Hôtel de ville de Kinshasa et la société « Reparoute » sont en partenariat en vue d’assurer en permanence la réparation des nids de poules qui abîment régulièrement les voies de communication  routières de la capitale. Cette société est spécialisée dans la réparation des nids de poules. Le gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila Mbaka, s’en est rendu compte sur  le terrain le mercredi 17 juin 2020, en palpant du doigt l’efficacité de cette nouvelle technique de réfection des routes à froid, avec un séchage en un temps record.

         Grâce à la technologie ‘’Velocity’’, dont la réputation n’est plus à démontrer, « Reparoute » va réaliser des points à temps sur les différentes routes des 11 communes retenues dans cette première phase d’exécution du contrat.

         Il s’agit notamment de Gombe, Barumbu, Bandalungwa, Kinshasa, Lingwala, Kasa-Vubu, Kalamu, Ngiri-Ngiri, Kintambo, Ngaliema et Limete. Les 13 autres municipalités de la capitale seront prises en compte plus tard. L’objectif visé est de maintenir le plus longtemps possible les routes de Kinshasa en état de praticabilité.

         A cet effet, le rond-point Kin-Mazière, dans la commune de la Gombe a constitué la première phase d’expérimentation, où l’autorité urbaine a assisté au remblayage d’un nid de poule qui gênait sérieusement la circulation routière à cet endroit.

         De l’avis des experts, cette technologie repose sur un camion doté d’une machine à émulsions bitumeuses et de graviers. En quelques minutes, un nid de poule est réparé, à la satisfaction des usagers de la route.

         La deuxième phase d’expérimentation était l’avenue du Port, à quelques encablures du rond-point Forescom. La même démonstration a été vécue au rond-point Moulaert, dans la commune de Bandalungwa.

         Interrogé, le Chef de l’exécutif provincial a indiqué que cette nouvelle méthode offre plusieurs avantages, dont l’efficacité et le gain termes de temps dans l’exécution du travail. Par rapport à la méthode traditionnelle, la nouvelle est non seulement écologique mais aussi économique, car ne nécessitant pas des procédés de compactage.  De cette manière, Gentiny Ngobila entend prolonger la durée de vie des routes bitumées kinoises de 4 à 8 ans, en attendant des moyens conséquents pour des chaussées plus modernes. Toutes ces réalisations s’inscrivent dans la dynamique sa promesse faite à la population, celle de doter la capitale d’infrastructures viables, lors de sa campagne à l’hémicycle de l’assemblée provinciale de Kinshasa.

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •