Kinshasa-Bruxelles : c’est parti pour le dégel !

0
115

Après les nuages qui ont marqué le processus électoral congolais, notamment la campagne électorale ainsi que la publication des résultats de la présidentielle du 30 décembre 2018, le Royaume de Belgique et la RDC sont dans le processus de la relance des relations historiques qui ont toujours existé entre les deux Etats.

Pour passer l’éponge du désamour qui s’était installé entre la Belgique et les nouvelles autorités congolaises, après avoir dépêché son vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders à Washington pour rencontrer le nouveau Président Félix Antoine Tshisekedi, lors de sa visite au pays de l’Oncle Sam, une délégation du gouvernement belge vient de séjourner à Kinshasa, du 12 au 15 mai 2019.

            A sa tête, l’Envoyé spécial du Royaume de Belge dans les Grands Lacs, l’Ambassadeur Renier Nijskens, et le Général major Boucké, respectivement représentants du ministère des Affaires étrangères et de la Défense.

            Au menu de la rencontre : redynamiser les relations de proximité entre le Royaume de Belgique et la République Démocratique du Congo. Pour ce faire, la délégation a eu des rencontres avec plusieurs autorités congolaises à commencer par le sommet, à savoir le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

            Au sortir de l’audience lui accordée par le Chef de l’Etat, l’Envoyé spécial belge a fait savoir qu’après avoir pris connaissance des attentes et projets des autorités congolaises, la Belgique verra dans quels domaines elle pourrait soutenir les efforts de réformes et de changements au bénéfice de la population.

            Par ailleurs, la délégation a fait part au Chef de l’Etat de la satisfaction des autorités belges envers le nouveau régime de la République Démocratique du Congo, à travers les signaux positifs dont il a fait montre depuis son entrée en fonctions. C’est le cas notamment de la mise en place du Centre Européen des Visas (CEV), anciennement appelé Maison Schengen, qui fonctionne à ce jour à plein régime. Les nouvelles autorités ont également permis la restauration des fréquences de la compagnie aérienne belge Brussels Airlines SN. Pour la délégation, ce sont là des signaux positifs qui contribuent à envisager l’avenir dans un climat d’ouverture et de confiance mutuelle entre les deux Etats.

A l’occasion, les parties ont aussi évoqué la question de la reprise de la coopération bilatérale entre le Royaume de Belgique et la République Démocratique du Congo, avec en filigrane la coopération militaire et sécuritaire que Bruxelles et Kinshasa entendent relancer comme par le passé.

            Quelques engagements ont été pris lors de la visite de cette délégation du gouvernement en RDC. Les deux parties ont convenu de la réouverture du consulat belge à Lubumbashi dans la province du Haut Katanga. De même, Kinshasa et Bruxelles vont procéder bientôt à l’échange d’ambassadeurs. Cela, a-t-on appris, dès que le gouvernement sera mis en place en RDC.

            Il sied de rappeler que la Belgique s’était alignée sur le front de quelques Etats, principalement ceux de l’Union européenne qui avaient critiqué les résultats de la présidentielle congolaise du 30 décembre 2018, au motif qu’ils ne reflétaient pas la vérité du vote. C’est aussi la capitale qui s’était transformée en terre d’accueil pour tous ceux qui s’opposaient à la victoire du président de l’UDPS, Félix Antoine Tshisekedi élu Président de la République Démocratique du Congo. Avant de se raviser en dépêchant son chef de la diplomatie pour rencontre le nouveau Chef de l’Etat congolais lors de sa visite officielle aux Etats-Unis. Voilà pourquoi les observateurs pensent que l’heure du dégel a sonné, pour un nouveau départ, dans les relations belgo-congolaises.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •