Kinshasa abrite la réunion de coordination sur la maintenance préventive des équipements nucléaires

0
274

i-cepasLe Centre d’études pour l’action sociale (CEPAS) abrite, du lundi 20 au vendredi 24 juin 2016, la réunion de coordination du projet RAF 0041 sur « Le partage des expériences dans la maintenance préventive des équipements nucléaires ». Vingt-quatre experts représentant des nationalités différentes de dix-huit pays y prennent part. Il s’agit notamment : de l’Algérie, du Bénin, du Burkina Faso, de l’Egypte, de l’Ethiopie, du Ghana, du Kenya, de Madagascar, du Mali, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, de la République Unie  de la Tanzanie, de la Tunisie, du Soudan, de la Zambie, du Zimbabwe, et de la République démocratique du Congo.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par quatre discours prononcés respectivement par : le Commissaire général à l’Energie atomique et Officier national de liaison, le professeur  Vincent Lukanda Mwamba, le Coordonnateur national AFRA, le professeur Sébastien Luyindula Ndiku, l’expert à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Yacouba Diawara, ainsi que le directeur du cabinet Adjoint du ministre de la Recherche Scientifique et technologique.

L’énergie nucléaire à la base du développement socio-économique de la plupart des pays dits avancés

Dans son mot de bienvenue, le Commissaire général à l’Energie atomique et Officier national de liaison, le professeur Vincent Lukanda Mwamba, a commencé par remercier l’Agence internationale de l’énergie atomique pour avoir choisi la RD Congo pour abriter la dernière réunion de coordination inscrite dans le cadre du projet RAF0041. A cet effet, il lui a rassuré de la disponibilité de notre pays à offrir ses infrastructures et ses ressources pour la formation de l’élite africaine dans le domaine des sciences et techniques nucléaires.

Remontant à l’histoire, le professeur Vincent Lukanda Mwamba a rappelé qu’il y a quelques années, le monde nucléaire passait, pour la troisième fois de son histoire, par un accident majeur : la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi. Cet accident dominera pendant longtemps les débats sur les bienfondés de l’énergie nucléaire dans le monde. Bien qu’essentiellement dû à des événements naturels, cet accident n’enlève en rien les potentialités de l’énergie nucléaire civile et ses nombreux bienfaits à l’humanité.

En effet, selon le Commissaire général à l’Energie atomique et Officier national de liaison, l’énergie nucléaire est aujourd’hui à la base du développement  socio-économique de la plupart des pays dits « avancés ». Sa maîtrise, a-t-il souligné, est non seulement la preuve du prestige national, mais aussi celle d’un savoir-faire technologique qui place toutes ces nations à la tête des puissances mondiales qui ont toujours un mot à dire dans le
concert des nations.

Derrière chaque accident, a fait observer le professeur Vincent Lukanda Mwamba, c’est soit l’homme soit la technologie qui sont soupçonnés d’être la cause. D’où, selon lui, toute l’importance de cette réunion. Car, il est grand temps d’échanger autour du rôle de la maintenance préventive des instruments scientifiques et médicaux. La science, a-t-il noté, n’est rien sans expérience, et l’expérience scientifique repose à 80 % sur la qualité de l’équipement. Pour donner un résultat vraiment satisfaisant, un équipement de mesure devrait être l’objet d’un programme de maintenance sérieux, à la fois sur le plan de la maintenance préventive que sur le plan de la maintenance curative.

Le professeur Vincent Lukanda Mwamba reste, enfin, convaincu qu’au cours de ces quatre années du projet RAF 0041, chaque pays africain a pu tirer le meilleur de celui-ci, en dotant ses laboratoires de maintenance des ressources à la fois humaines et instrumentales. Son vœu le plus ardent : à la clôture du projet RAF 0041, que notre continent ait eu le temps de former ses cadres à relever les défis d’avoir une expertise en place pour faire face aux multiples problèmes de maintenance que posent encore les instruments scientifiques dans nos pays.

Michel  LUKA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •