Kinoises et Kinois sous le choc

0
136
kinshasa-villeAucun autre sujet n’a été autant commenté dans la journée d’hier au Grand-marché de Kinshasa, que la nouvelle du décès du leader de l’UDPS Etienne Tshisekedi. Tout le monde en a fait le constat. Dans tous les pavillons et les couloirs, l’on pouvait lire la tristesse et la consternation sur les visages des vendeurs et des consommateurs. Personne n’a pu digérer la nouvelle de la mort de l’opposant historique de la RDC, Etienne Tshisekedi, décédé mercredi 1er  février, à Bruxelles.
Dans les principales artères de Kinshasa, on a vu des branches de rameaux accrochées aux pare-brises des taxis, bus et motos, en signe de deuil. Même constat le long des routes, notamment sur le boulevard Lumumba, où des rameaux étaient également visibles sur les poteaux électriques.
            Déjà tôt le matin, des groupuscules de gens debout aux coins des avenues, échangeaient des informations sur cette triste nouvelle. Chacun apportait du sien, pour alimenter la conversation qu’animaient les « parlementaires debout ». Tous revenaient sur la suite des pourparlers directs modérés par les évêques de la Cenco. Tous s’interrogeaient sur le probable successeur du Sphinx de Limete aussi bien au mécanisme de suivi de l’accord du 31 décembre, qu’à la tête de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social).  Le message était le même dans les discussions. Le vieux « Tshitshi », comme l’appelaient les jeunes, est mort au moment où le pays avait encore besoin de lui, au regard de l’avenir politique du pays encore instable.
            Le Phare a tendu son micro à quelques personnes rencontrées sur le lieu.
 
 – Jérôme BISADI (vendeur des chaussures) : « c’est le jour le plus sombre et inoubliable pour le Congo»
 
            Le Congo vient de perdre une fois de plus un de ses dignes fils et un modèle de constance politique. « Ya Tshitshi » incarnait la véritable classe politique congolaise… Oui, le Congo a perdu un homme d’honneur. Qui prendra la relève ? Etienne, tu es parti sans finir le chantier de la réconciliation, de la démocratie et de l’alternance que tu avais amorcé… Tu es parti sans goutter aux fruits de toutes tes luttes, sans même nous dire au revoir !
 
-Doudou Lukusa (vendeur des produits laitiers) : « une mort qui arrive à un moment crucial »
 
            Je compare Tshisekedi à Moïse dans la Bible quand il a traversé le désert en compagnie du peuple israélien, sans pourtant arriver à la terre promise. Avec cette disparition brusque, la Cenco parviendra-t-elle à trouver la solution à la crise actuelle ?  Nous sommes entre le mythe et la réalité.
 
– Micheline Diakueno (marchande des pains). «  Peu d’espoir pour l’avenir politique du pays »
 
            Au moment où il y a eu tumultes ou tempêtes politiques, les Congolais se retournaient vers lui pour apaiser les esprits. Et le pire était toujours évité. Avec la politique du ventre pratiquée en RDC, on se pose la question s’il y aura encore un leader politique semblable à Tshisekedi ? Mort physiquement, mais son esprit combatif planera toujours sur le pays.
 
Kennedy Bwanga (cordonnier) : « une brèche difficile à combler »
 
            C’est une grande perte pour l’opposition. Une brèche difficile à combler. Il était le seul opposant qui faisait trembler la Majorité. Comment pourra évoluer la situation politique congolaise sans ce grand homme ?
 
Julienne Diamanga (marchande des fruits) : « le gouvernement doit l’honorer en organisant les élections »
 
            La meilleure façon d’honorer la mémoire du vieux, c’est d’aller aux élections libres et démocratiques, sans mandats interminables. Et de respecter scrupuleusement l’Accord du 31 décembre, qui est en quelque sorte un testament qu’il a laissé au pays.
 
John Mambu (collecteur des taxes)
 
            Tshisekedi était un homme diffèrent des autres. Il était le seul à pouvoir appeler les gens à se calmer au moment où ils étaient tous en colère. Il était aussi le seul à les appeler à se mobiliser même quand la route était envahie par des militaires pour réprimer les manifestations pacifiques de l’opposition. Bref, il était incorruptible, indomptable, etc. Je demande aux politiciens de demeurer dans l’idéologie de ce grand homme et d’achever ce qu’il n’a pas pu finir.
Propos recueillis par Perside Diawaku
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •