Kasaï : la NDK dénonce la prise en otage de la province par des prédateurs

0
150

Des jeunes leaders ressortissants de la province du Kasaï, réunis au sein de la Nouvelle Dynamique du Kasaï «NDK» s’inquiètent sur la misère que connaît leur province.

Ce contraste, soutiennent-ils, a pour cause la mauvaise foi des ressortissants de la province qui ont eu à occuper des postes de responsabilité. Car, ils se sont seulement servis sans songer au développement de la province, qui se trouve aujourd’hui dans un état de pauvreté totale. Même les infrastructures héritées de la colonisation n’existent presque plus. Les quelques rares qu’on peut encore trouver sont dans un état de délabrement très avancé.

 

            Curieusement, relève la Nouvelle Dynamique du Kasaï, ceux qui se sont servis à des fins égoïstes ont le courage de s’ériger en monarques pour empêcher les autres fils et filles du Kasaï de se faire élire en vue de porter les problèmes de la province auprès des instances décisionnelles aussi bien provinciales que nationales. Lesdits monarques ont mis en place une machine de haute maffia afin de barrer la route à tous ceux qui ne sont pas alignés derrière eux. Deux courants, pilotés tous par des dignitaires du régime passé, se partagent le «gâteau» Kasaï. Et si on n’est pas aligné, c’est-à-dire sans être membre de l’un ou l’autre courant, il est difficile de se faire une place au soleil. Les élections législatives nationales et provinciales du 30 décembre 2018 en sont l’illustration. Des tripatouillages honteux et fraudes de toutes sortes ont été opérés avec la « bénédiction » des deux « monarques » qui semblent avoir transformé la province en leur bien privé.

            Au regard de la situation, la NDK par la bouche de son porte-parole Fabrice Ndjankolo dénonce ce qu’elle considère comme « la prise en otage de la province du Kasaï par deux camps antagonistes, à caractère prédateur, ayant engendré misère, haine et division », lit-on dans la déclaration.

            Par ailleurs, la NDK a saisi l’occasion pour féliciter le nouveau Président de la République élu Félix Tshisekedi Tshilombo, et lui suggère de ne pas travailler avec l’ancienne classe politique du régime passé, laquelle est en train de s’illustrer comme d’habitude, par des flatteries et clientélisme dans le dessein de se faire adopter.

            « Disons non à la continuité de la même gouvernance de prédation qui exclut l’émergence du développement et l’éclosion d’une nouvelle classe dirigeante responsable et à même de se mettre au service du peuple.

            Militons pour que la gestion et la représentation de la province du Kasaï reviennent à une nouvelle classe politique, dynamique et efficace qui puisse impulser un nouvel élan à la province », conclut la déclaration.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •