Kananga : la fraude fiscale se porte bien

0
123

Pendant que le peuple congolais croupit dans la misère à cause de la modicité du Budget de l’Etat, il y a des individus commis à la collecte des recettes qui travaillent en complicité avec des opérateurs économiques véreux pour échapper au fisc, en faisant ainsi perdre au gouvernement des millions de dollars nécessaires pour la réalisation de nombreux projets de développement.

Plusieurs astuces sont mises à contribution pour échapper au paiement des taxes et impôts de l’Etat. Parmi ces pratiques maffieuses, on cite le changement brusque de noms d’entreprises qui intervient curieusement à des périodes bien connues, notamment lorsqu’on enregistre un changement au sommet de l’Etat ou encore celui radical de gouvernement.

            Ces pratiques odieuses ayant toujours bénéficié des parapluies protecteurs au sein des institutions par des personnes qui parrainent les auteurs de la maffia parce qu’on veut s’enrichir illicitement, ne s’observent pas seulement à Kinshasa. Les grandes villes de l’arrière-pays ne sont pas épargnées.

C’est le cas de Kananga, ancienne capitale du Kasaï Occidental et actuellement celle du Kasaï Central. Dans cette ville du centre du pays, cette maffia qui s’opère à travers le changement brusque de nom d’entreprises commerciales, dans l’unique but d’échapper au fisc se porte bien. On en veut pour preuve un cas : à l’installation du régime monstrueux de 1+4, début 2003, la société commerciale qui fonctionnait sous la dénomination de ROFFE Congo a brusquement changé de nom pour devenir EFFORT Congo. Actuellement, apprend-on, la même société déjà mutée en ROFFE Congo en EFFORT Congo serait encore une fois en train de changer de nom pour devenir ZEBA ! Motif caché : contourner le paiement des taxes et impôts dus à l’Etat en déclarant la faillite de l’entreprise.

Or, en réalité, il s’agit d’une manœuvre soigneusement montée par les responsables desdites sociétés, en complicité avec les responsables des services d’assiette de l’Etat, pour échapper au fisc. Ce sont des millions de dollars qui devaient entrer dans la caisse du Trésor qui s’évaporent avec la complicité de ceux qui sont censés veiller aux intérêts de l’Etat congolais.

On rappelle qu’à Kinshasa, cela est une pratique courante. Une grande entreprise aérienne avait changé plusieurs fois de nom pour le même objectif. D’habitude, cela intervient lorsqu’il y a changement de dirigeants. Les tenants des entreprises qui œuvrent dans la maffia s’estimenten insécurité une fois que ceux qui les protégeaient ne sont plus aux affaires, ou carrément ils ont perdu le contrôle à cause du changement intervenu.

Le nouveau Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi qui fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, a vraiment du boulot pour parvenir à éradiquer cette gangrène à la peau dure. L’appel au patriotisme devrait être entendu par la population afin de décourager les partisans de l’enrichissement personnel et égoïste au détriment du bien-être collectif.Dom

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •