Kamerhe poignardé dans le dos

0
80

Même s’il donne l’impression d’être un excellent « encaisseur » depuis sa démission officielle de son statut de député national et de cadre du PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie), Vital Kamerhe risque d’avoir du mal à se remettre du coup de poignard que vient de lui assener, dans le dos, un chef traditionnel de son terroir, qui revendique par ailleurs des liens de sang avec sa mère. Les accusations que l’intéressé porte contre ce jeune acteur politique fraîchement passé dans l’opposition sont d’autant dangereuses qu’elles passent, aux yeux de certains, pour vérités d’évangile.

Pourquoi ce Mwami arrivé des hauteurs de Ngueshi, au Sud-Kivu, a-t-il choisi précisément cette période où se racontent mille et une chose sur le nouvel engagement politique de l’ancien président du Bureau de l’Assemblée Nationale pour l’attaquer par derrière ? A Paris, à Bruxelles, à Londres comme à Kinshasa, les bruits courent… portant au loin la rumeur selon laquelle Vital Kamerhe serait une taupe lâchée par Joseph Kabila pour infiltrer l’opposition politique, afin de torpiller ses stratégies visant l’alternance politique au pouvoir lors des élections de 2011 à 2013.

A l’image de plusieurs membres de la famille politique du Chef de l’Etat, le Mwami du père ami du député élu de Bukavu affirme haut et fort que l’homme n’aurait jamais rompu totalement avec son mentor, Joseph Kabila, comme il le soutient dans ses meetings et contacts politiques, et qu’au moment opportun, il va rentrer dans les rangs pour l’aider à rempiler pour 2011- 2016.
Ce chef traditionnel parle avec une telle conviction, rappelant même ses liens particuliers et de sang avec la mère de Vital Kamerhe, que certains sont certainement tentés de le croire.

Qu’on le veuille ou non, la campagne de dénigrement orchestrée contre le nouvel opposant fait des dégâts dans les consciences. Tel est le cas au Canada où il avait été accueilli par des tomates et où les chaises avaient volé haut dans une salle réservée pour sa conférence-débat. A Bruxelles, pareille situation avait été évitée grâce à la délocalisation, in extremis, de sa sortie énième sortie politique.
Le plus difficile va être, pour cet animal politique, de faire face aux attaques en provenance de ses propres frères et sœurs de province. Tant que ceux-ci vont continuer à insinuer des choses, même invraisemblables et impossibles à vérifier, ses nouveaux partenaires dans l’opposition mais surtout leurs militants et combattants vont voir leurs doutes s’accroître.

Il est à espérer que Vital Kamerhe n’est pas homme à craquer moralement en ces temps difficiles où sa cote de popularité dans l’opinion nationale est en train de prendre un sérieux coup. Il lui faudra multiplier des preuves de son appartenance effective à l’opposition pour arriver à balayer les doutes dans de nombreux esprits.

En définitive, il convient de laisser le temps au temps pour savoir, au finish, si Kamerhe appartient ou non à la race des vagabonds politiques nés sous le régime de feu le Maréchal Mobutu et dont l’espèce a continuer à propsérer sous les règnes de Mzee Kabila, de Joseph Kabila I, du Régime 1+4 et de Joseph Kabila II.

Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*