Kamerhe et Jammal restent en prison

0
152

Vital Kamerhe et Samih Jammal, poursuivis pour détournement des fonds alloués à la réalisation des travaux du programme de 100 jours du Chef de l’État, restent en prison. Ainsi en a décidé le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe en réponse à la énième demande d’obtention de liberté provisoire formulée par les deux prévenus.

         On rappelle que cette décision de rejet de la demande de Vital Kamerhe et Samih Jammal est intervenu au lendemain de la première comparution des deux co-accusés.

            Pour les analystes politiques, la réaction du Tribunal n’est pas une surprise. Elle se veut logique au regard du comportement affiché par le Directeur de cabinet du Président de la République et l’homme d’affaires libanais devant la barre.

            Leur attitude jugée par bon nombre d’arrogante vis-à-vis du Tribunal justifierait sans nul doute le refus de celui-ci de réserver une suite favorable à leur énième demande de liberté provisoire. Car, lors de la prestation devant les juges, hormis leur refus criant de coopérer avec les juges en se soumettant à la discipline recommandée dans leurs réponses aux questions leur posées, ils se sont plutôt montrés à maintes reprises donneurs de leçons aux juges. Une attitude qui ne pouvait pas, selon les spécialistes en la matière, offrir de garantie quant à leur relaxation.

            A cela, il faut ajouter la stratégie adoptée par les co-accusés de tout renier, y compris des évidences. Ce qui constitue pour les juges des risques à ne pas prendre en accordant la liberté provisoire à de tels prévenus.

            Avec ce refus, Vital Kamerhe et Samih Jammal attendront la prochaine audience fixée le 25 mai 2020 tout en restant en prison.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •