Kamerhe calme les médecins et les convie à un atelier de clarification

0
249

Les affiliés du Collectif National des Médecins non- Alignés du secteur public à la prime de risques en République Démocratique du Congo sont descendus dans la rue hier lundi 29 avril 2019 à Kinshasa. Leur marche pacifique est partie de la Gare centrale, à Gombe, en passant par le bouvard du 30 juin jusqu’à Kintambo-Magasins, pour chuter dans le périmètre de la résidence officielle et du bureau de travail du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, à la Cité de l’Unité Africaine, dans la commune de Ngaliema. Plusieurs marches similaires ont été également organisées, le même jour, en provinces.

            Signalons qu’on comptait, sur toute l’étendue du pays, 4.500 médecins non-mécanisés. Mais l’Ordre National des Médecins, après enquête, a déniché 1.700 fantômes bénéficiaires sus visée. On apprend qu’il est prévu, pendant 3 jours à Béatrice Hôtel, dans la commune de la Gombe, soit du mardi 30 avril au jeudi 2 mai 2019,  un atelier de clarification pour assainir les rangs des blouses blanches. Il est impérieux que soit établie une liste fiable de vrais ayants-droit avant de relancer la paie proprement de cette prime.  

On note que depuis l’avènement de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo aux commandes de la RDC, la rue est devenue le lieu l’expression populaire par excellence des sans-voix. C’était le cas pour des centaines des médecins hier, à Kinshasa comme à l’intérieur du pays. Sur leur banderole principale, on pouvait lire : « Médecins du secteur Non-alignés à la prime de risques. Nous exigeons Notre prime de risques. C’est un droit inaliénable ! ».

            Dans la capitale, c’est au niveau du rond point Socimat, sur le boulevard du 30 juin, alors qu’ils marchaient pacifiquement, que la police leur a lancé des gaz lacrymogènes pour les disperser. Erreur !  Car les disciples d’Hippocrate étaient déterminés à rencontrer le Premier citoyen de la République, qui les avait déjà reçus pour la première fois en février 2019, vers 21 heures. Comme si la ligne rouge à ne pas franchir se situait aux encablures de l’ex-Institut des Bâtiments et Travaux Publics (IBTP), des gaz lacrymogènes ont de nouveau été lancés en direction des marcheurs. Une petite colonne qui a tenté de forcer le barrage de la police et des éléments de la GR (Garde République) a été bloquée net au niveau de la maison communale de Ngaliema.

            Finalement, le Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, est sorti pour calmer la situation. Fin communicateur, il leur a parlé des instructions du Président de la république relatives aux solutions à trouver quant à la paie des médecins. Séance tenante, il leur a lu la note en question et remis une copie à leur staff. Il leur a également demandé d’envoyer une délégation à l’atelier consacré à leur dossier, lequel s’ouvre ce mardi dans l’avant-midi à Béatrice Hôtel, auquel il prendra personnellement part, au nom du Chef de l’Etat.

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •