Kabange Numbi : le nouveau Nguz au Katanga !

0
2591

On ne sait quelle mouche a piqué Félix Kabange Numbi, ministre honoraire de la Santé et Urbanisme, député national estampillé FCC (Front Commun pour le Congo), actuellement en séjour à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Réagissant, dans un discours puant la haine tribalo-ethnique à ce qu’il considère comme des campagnes de dénigrement du gouverneur Jacques Kyabula menées par des inciviques originaires du Kasai, membres de l’ UDPS, et des propos injurieux que tiendraient publiquement ceux-ci à l’endroit de l’ancien Président de la République, Joseph Kabila, il leur a sèchement signifié qu’ils n’étaient pas chez eux.

« On ne peut pas tolérer que des manifestations et meetings soient tenus à Lubumbashi pour injurier l’autorité provinciale et je dis en ce moment là, le FCC n’acceptera pas et risque de réagir. Deuxièmement, chacun a un chez soi. Ici, dans l’espace Katanga, c’est chez Joseph Kabila. Nous ne tolérerons plus que quelqu’un vienne injurier Joseph Kabila qui, à 45 ans, a accepté d’abandonner le pouvoir ».

            Selon Kabange Numbi, Joseph Kabila reste le père et le moteur de la démocratie actuelle et de l’alternance ».

            Point n’est besoin de relever que la sortie publique de l’élu du Haut-Lomami lors d’un meeting tenu en présence du gouverneur, suscité un tollé indescriptible dans les cercles politiques comme du coté des organisations de défense des droits de l’homme, où l’on condamne énergiquement des propos aux relents xénophobes et séparatistes, de nature à torpiller la cohésion et l’unité nationale. Car, selon la Constitution de la République, tout citoyen de ce pays peut s’établir dans le coin de son choix. Il ne peut faire l’objet d’exclusion du fait de ses origines tribales ou ethniques, ni de ses convictions religieuses ou politiques.

            Lorsque Kabange Numbi décrète que l’espace Katanga est une exclusivité de Joseph Kabila, il rappelle à des millions de compatriotes le triste feuilleton de l’épuration ethnique kasaïenne, entre 1992 et 1993, à l’instigation d’un certain Jean de Dieu Nguz a Karl-I-Bond, alors Premier ministre de Mobutu, et président national de l’UFERI (Union des Fédéralistes Indépendants), un parti dont les cadres et militants étaient foncièrement hostiles aux populations d’origine kasaïenne et assimilées.

            Après avoir traité publiquement de « Bilulu » (insectes), les Kasaïens résidant et travaillant au Katanga, notamment à la Gécamines et à la SNCC, il avait déclenché une chasse à ces malheureux compatriotes, laquelle s’était  soldée par des morts en masse, des pillages de leurs biens et des  expulsions massives de ce qui s’appelait encore la région du Shaba. Alors que le souvenir douloureux de ce génocide interne n’a pas encore quitté les esprits, Kabange Numbi a enfourché la trompette de la haine  tribalo-ethnique de nature à provoquer une nouvelle chasse aux Kasaïens dans l’espace Katanga et déclencher, en retour, des mouvements des représailles, contre les Katangais, dans d’autres provinces de la République.

            La stigmatisation des non-originaires, au Katanga et ou ailleurs, n’est pas le meilleur moyen de recréer l’unité et la cohésion nationale perdues depuis des décennies, à la suite des discours du genre de celui dans lequel vient de s’illustrer tristement ce cadre du Front Commun pour le Congo. Il est à espérer qu’au niveau de la hiérarchie de ce regroupement politique, le staff va penser à lui remonter les bretelles, à défaut de lui tirer les oreilles. Si la justice pouvait revisiter la vidéo du «crime»…                                          Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •